mercredi , 22 mai 2019
Accueil / Actualités / Demande de révision judiciaire – Me Raouf Gulbul : «Ni de biens ni de compte en Angleterre»
raouf gulbul

Demande de révision judiciaire – Me Raouf Gulbul : «Ni de biens ni de compte en Angleterre»

Me  Raouf Gulbul a balayé d’un revers de la main les critiques émises contre lui dans le rapport de la commission d’enquête sur la drogue. L’avocat demande à la cour suprême de revoir les critiques émises contre lui dans le rapport Lam Shang Leen. Il nie détenir de propriété en Angleterre sous un prête-nom. Il fait ressortir que ni lui ni son épouse, la juge Rehana Mungly Gulbul ne détient de compte bancaire en Angleterre.

Dans sa demande de révision judiciaire le 20 septembre il réfute point par point les commentaires  défavorables faits contre lui dans le rapport de la commission d’enquête sur la  drogue présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen. Raouf Gulbul reproche à Paul Lam Shang Leen de ne pas lui avoir donné l’opportunité de contre -interroger les témoins qui ont fait des allégations contre lui. Il déplore aussi le fait de n’avoir pas eu accès aux transcriptions faites par des témoins à son encontre.

Dans un affidavit rédigé par Me Jaykar Gajudhur, Senior Attorney, Me Raouf Gulbul dit avoir démissionné de son poste de Chairman de la Gambling Regulatory Authority (GRA) le 22 novembre 2017. Il nie que ses honoraires ont été réglés avec l’argent provenant du trafic de la drogue. Il soutient n’avoir pas bénéficié d’une audition équitable  et argue dans sa motion que l’ancien juge lui a été hostile.

S’agissant de ses biens, l’avocat fait ressortir qu’en 2014, son épouse, la juge Rehana Mungly Gulbul et lui-même ont acheté deux propriétés. Il s’agit d’un terrain situé à Bagatelle acquis pour 11 millions et un autre a Highlands pour Rs 8 millions.

Me Gulbul dément avoir un intérêt dans un hôtel à Londres. « La commission d’enquête  a agi de manière imprudente en statuant que j’ai un intérêt dans un hôtel à Tottenham Court Road à Londres dans l’immeuble Centre Point. La commission a fabriqué ce prétendu intérêt », argue-t-il.

Il nie aussi que sa campagne électorale ait été financée par des trafiquants de drogue. D’ailleurs, souligne l’avocat, Sada Curpen a nié devant la commission d’enquête sur la drogue avoir financé sa campagne électorale.

Me Gulbul demande à la cour suprême de revoir les conclusions des pages 222 à 227 dudit rapport.

L’affaire sera appelée demain lundi 24 septembre devant le chef juge Keshoe Parsad Matadeen.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

240517_ramadan

Loin de leur terre natale : le Ramadan des Mauriciens vivant à l’étranger

Nombreux sont les Mauriciens qui ont quitté leur terre natale pour aller travailler ou étudier …