jeudi , 23 novembre 2017
Accueil / Actualités / Décès du policier devenu avocat : Nazeer Kurrimbaccus ne portera plus la robe noire
Nazeer Kurrimbaccus

Décès du policier devenu avocat : Nazeer Kurrimbaccus ne portera plus la robe noire

Triste nouvelle en fin de semaine.  Le décès de Nazeer Kurrimbaccus, 46 ans, à la suite d’une courte maladie a choqué tout son entourage.

L’histoire de Nazeer Karrimbuccus, qui avait troqué son uniforme bleue de policier pour la robe noire d’avocat, est un bel exemple de courage, de persévérance et d’abnégation. Coriace et accrocheur, il ne s’est jamais laissé rebuter par les doutes, les revers et les obstacles. Pour ses proches qui pleurent son départ de ce monde il était considéré comme un héros à Rivière des Créoles, son village natal. « Nazeer est parti de ce monde avec le sourire et tout un village est bouleversé par sa mort. C’était un homme extraordinaire qui fait la fierté de la force policière », nous confie son frère Yousouf. Pour son ami, Mirzaad Rumjaun, Nazeer a honoré la famille Kurrimbaccus et son village natal.  « Il était le grand frère de tous les villageois et bien qu’il a prêté serment comme avocat, il a choisi de continuer à vivre dans son village dans une modeste maison », souligne-t-il. En outre, nous indique-il, Nazeer ne réclamait pas d’honoraires pour ses services aux habitants de son village. « Li pas ti prend l’argent pou défanne case dimoune misère et zamais li ti réclame l’argent pou signe document», dit-il. Nazeer était actif au niveau social et ne refusait jamais son aide à personne. Actif aussi au niveau du musjid il apportait son aide aux démunis dans l’anonymat.

Enfant, Nazeer voulait porter la blouse blanche, mais le destin à voulu qu’il porte l’uniforme bleue du policier. Son défunt père, Islam travaillait dans les champs de cannes de même que Bibi Nazmoon, sa mère. Durant leurs moments libres, ses trois frères et lui donnaient un coup de main à leurs parents dans les champs. S’étant classé au niveau du cycle primaire il obtient un siège au collège d’État de Mahébourg. Nazeer est forcé d’abandonner ses études après avoir été brillamment reçu aux examens de School Certificate faute de moyens financiers. En 1990, il rejoint le Lycée Polytechnique et fait aussi acte de candidature pour être enrôlé dans la force policière. Après cinq mois d’entraînement, il est affecté à la Special Mobile Force où il y restera pendant six ans.

En 1996, la soif de connaissance le pousse à prendre part aux examens pour devenir sergent. Il est reçu brillamment et il est posté au poste de police de l’Escalier. En 2001, il prend part aux examens pour devenir inspecteur. À sa première tentative, il réussit son passage de grade. Par la suite, un grand bonheur l’attendait. Le jour de la fête Eid-ul-Adha, il est promu chef inspecteur.

Il est alors inspecteur posté au Central CID en 2003 à la cellule spéciale. Il s’est occupé des «high profile cases» et a travaillé dans toutes les unités de la CCID, notamment l’unité fiscale, la «Land Fraud Squad», l’unité anti-piratage et la Brigade des jeux.

Dans sa tête, il voulait devenir avocat et porter la toge noire. Comme enquêteur, il avait emmagasiné de grandes connaissances en droit. Son chemin croise celui de Me Kailash Trilochun et les deux hommes se lient d’amitié. Me Trilochun l’encourage à poursuivre ses études en droit. D’ailleurs, Nazeer Kurrimbaccus avait rendu hommage à son «guru» qui avait même financé les frais de ses derniers examens pour lui permettre d’atteindre son objectif. En 2009, il décroche son diplôme de LLB. Classé premier dans deux sujets, Nazeer était l’un des meilleurs étudiants de son groupe. Après ses études une firme anglaise lui propose un emploi en Angleterre sur une base contractuelle de deux ans mais il avait refusé pour continuer à vivre dans son village natal. En 2010, il part en Angleterre pour compléter ses études et il a prêté serment comme avocat à Lincoln’s Inn. Au mois de septembre 2015, il avait prêté serment à Maurice devant le chef juge en cour suprême.

« C’était un moment fort dans sa vie », nous laisse entendre un de ses amis du barreau. Il avait déclaré que sa fierté résidait dans son humilité et qu’il n’avait pas honte de dire qu’il avait travaillé dans les champs pour aider ses parents et qu’il était fils de laboureurs.

Nazeer, qui était marié et père de deux filles, était également diplômé du Chartered Institute of Arbitrators (CIA) à Londres et a exercé comme médiateur.

Ses proches arrivent difficilement à accepter sa disparition. « So janaza ti pe aller couma ene le roi », nous dit Yousouf. Tous les villageois s’étaient donné rendez-vous pour lui rendre un dernier hommage. Ses ex-collègues policiers, ses amis avocats et ses proches n’ont pas manqué à se recueillir devant sa dépouille. «Mo frère fine né dans village, li fine grandi, li fine vine policier dans so village li fine vine avocat et li fine mort dans so village», résume Yousouf.

Il remercie tous ceux qui ont témoigné de la sympathie à la famille durant cette épreuve.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

ABC Foods et Bakers

60 ans de partenariat entre ABC Foods et Bakers

ABC Foods, distributeur exclusif de la marque Bakers à Maurice, a fêté ses 60 années …