vendredi , 15 novembre 2019
Accueil / Actualités / De retour de Terre sainte
Kalyan Tarolah

De retour de Terre sainte

Kalyan Tarolah: « Le hadj n’est pas un voyage comme les autres »

 

Le député Kalyan Tarolah, accompagné de son épouse, a accompli le hadj cette année. Il est retourné la tête pleine de bons souvenirs et dit avoir passé des moments exaltants en Terre sainte. Selon lui, les difficultés en Terre sainte font partie du hadj et il garde seulement le sentiment du devoir accompli.

« Cela a été une belle expérience de je n’oublierai jamais ces moments forts à Arafat alors que la pluie redoublait d’intensité, les éclairs illuminaient le ciel et l’orage grondait, tout le monde faisaient face au mont Arafat les mains levés vers le ciel pour supplier le Créateur d’exaucer leurs prières. J’ai pleuré et j’ai remercié le Créateur pour son invitation », raconte-t-il.

Le député du MSM affirme que c’est à son retour qu’il a réalisé que cela a été un privilège d’avoir été l’hôte du Créateur et d’avoir été choisi pour accomplir le hadj. « Le hadj n’est pas un voyage comme les autres », dit-il

« Kan où là-bas sans aukaine souci mondain ou ena ene seul mission et objectif c’est pense au Créateur », fait-il ressortir.

Il dit que c’est pendant le hadj qu’on réalise qu’on est tous sur un même pied d’égalité car l’islam est destiné à toutes les races et à toutes les nations sans distinction.

Kalyan Tarolah dit souhaiter qu’Allah accepte son hadj et le guide dans le droit chemin. « Personne à part Allah ne peut savoir si son hadj a été agréé et si ses supplications seront exaucées. De toutes les façons c’est Allah qui choisit Ses invités et ceux qu’Il veut honorer  », conclut-il.

Eshan Mohoboob:« Une expérience à renouveler »

Eshan MohoboobUne semaine après son retour du Hadj, Eshan Mohoboob est toujours sous le coup de l’émotion. Il nous raconte que les souvenirs défilent dans sa tête comme s’il est toujours à Makka et à Madina.

Eshan Mohoboob dit avoir passé de très bons moments en Terre sainte et n’a aucun reproche à faire à qui que ce soit.

« Showkutally Soodhun, le Hajj Comittee, les organisateurs, les autorités saoudiennes et le président de l’ICC ont tous joué leur rôle à la perfection », laisse-il entendre. À Mina le service était excellent mais il déplore l’attitude déplorable des pélèrins mauriciens qui ne sont jamais satisfaits de ce qu’on leur offre. « Kan donne poule zotte dire ti bizin donne poisson et kan donne la viande zotte rode légume », s’insurge-t-il. Toutefois, il se réjouit que dans l’ensemble les hadjees mauriciens se sont bien comportés et méritent toutes les louanges.

Pour Eshan Mohoboob, le Hadj est un examen et personne ne sait s’il a réussi ou s’il a failli. « Le Créateur fine invite moi cotte Li pou vine compose l’examen. Mo fine travail à la perfection mais kan Allah pou corrige mo papier lerla pou conne résultats », dit-il.

« Le Hadj est une belle expérience qui mérite d’être renouvelée. Les 5 jours du Hadj à Mina, Muzdalifah et Arafat ont été sublimes. À Mina c’était absolument merveilleux. Le jour d’Arafat est inexplicable. Il y avait la joie, l’excitation et cela a été une journée remplie d’émotion. L’après-midi tout le monde s’était réuni en face du Mont Arafat pour faire des duas. On n’entendait que les pleurs et les duas », raconte-t-il.

Notre interlocuteur se souvient que tout à coup le vent s’est levé et il a commencé à pleuvoir. « J’étais dans un état de grâce et mes larmes se mélangeaient aux grosses gouttes de pluie qui ruisselaient sur mon visage. Mon ihraam était trempé et je ne souciais de rien tant l’émotion était forte. J’ai pleuré comme un enfant et je me sentais privilégié d’être là-bas  », ajoute-t-il.

Eshan Mohoboob dit avoir rencontré plusieurs hadjees de toutes les nationalités et à aucun moment aucun d’eux n’a donné l’impression de se croire supérieur aux autres. Ce qui l’a frappé c’est l’absence de référence aux écoles de pensée qu’on a tendance à prendre en considération à Maurice. « Dans Hadj aukaine morisien pas koze jamaat ,li koze comme ène musulman », affirme-t-il.

Dès cette semaine, il pense envoyer un mémoire au président de l’Islamic Cultural Centre (ICC), le professeur Hussain Subratty, pour le remercier ainsi que son équipe et aussi pour faire des suggestions pour améliorer le service. Par exemple, il a noté le manque d’encadreurs féminins et de doctoresse au sein du Hadj Commitee. Il est aussi d’avis que les hadjees de plus de –65 ans et les autrement capables doivent avoir plus de considération. Il suggère aussi qu’une formation adéquate soit accordée à deux personnes au moins pour suppléer Twaher Badullah en cas d’indisponibilité de celui-ci.

Enfin il remercie les gouvernements mauricien et saoudien qui ont assuré que les hadj des Mauriciens se passe dans de bonnes conditions .

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

121119_depute2_3

Circonscriptions Nos 2 et 3 : la parole aux élus

Dans les circonscriptions Nos 2 et 3, ce sont les candidats du MMM et de …