dimanche , 23 avril 2017
Accueil / Actualités / Controverse autour de la possible arrestation de Kailash Trilochun
trilochun

Controverse autour de la possible arrestation de Kailash Trilochun

Kailash Trilochun disposera d’une heure, une fois de retour à Maurice, pour se rendre aux casernes centrales. Il ne sera donc pas arrêté à sa descente d’avion. C’est ce qu’a révélé son avocat, Me Rama Valayden. Un « traitement de faveur » cependant dénoncé par le leader du Parti Travailliste, Navin Ramgoolam.Actuellement en Afrique du Sud avec sa famille depuis une dizaine de jours, l’avocat Kailash Trilochun est attendu aux casernes centrales pour donner sa version des faits dans le cadre de l’enquête sur l’agression au cutter de Bhanoodutt Beeharree, Chairman de l’Information Communication and Technologies Authority (ICTA), survenue le 25 mai à Port-Louis.

Il tenterait de trouver une correspondance aérienne lui permettant de débarquer à Plaisance le plus tôt possible pour pouvoir se rendre au Central Criminal Investigation Department (CCID) en début de journée. « On essaie d’avoir un vol tôt le matin pour qu’il puisse débarquer vers 8h. J’irai le récupérer à l’aéroport pour le conduire à son domicile avant de nous rendre aux Casernes centrales », a déclaré Me Rama Valayden.

Selon Me Valayden, la police serait d’accord pour ne pas procéder à l’arrestation de Kailash Trilochun à sa descente d’avion. « J’ai parlé avec la police. Je crois savoir qu’il ne sera pas arrêté à sa descente d’avion, car il rentre à Maurice de son plein gré », explique-t-il, se disant convaincu de l’innocence de son client. C’est après son arrestation que Désiré Sylvio Candahoo, le principal suspect dans cette affaire, a incriminé Kailash Trilochun comme étant le commanditaire de cette agression qui serait liée à une histoire de paiement d’honoraires en retard.

Mais Me Rama Valayden promet qu’il y aura une « surprise » lorsque Me Kailash Trilochun fournira son alibi aux enquêteurs. « Je réserve la surprise », a-t-il déclaré jeudi, sans donner plus de détails, à sa sortie des casernes centrales où il avait rencontré des enquêteurs.

« Traitement de faveur »

Le leader du Parti Travailliste, Navin Ramgoolam, fustige dénonce pour sa part ce qu’il considère comme un « traitement de faveur » à Kailash Trilochun. Il se dit contre le fait que la police accorde une heure à l’avocat à sa descente d’avion avant qu’il ne se rende aux casernes. C’était lors d’un congrès du PTr à Quatre- Bornes, vendredi. « Il ne doit bénéficier d’aucun traitement de faveur », a-t-il martelé.

En attendant, l’hôtel du gouvernement a demandé la révocation de l’avocat soupçonné d’avoir commandité l’agression au cutter du président de l’ICTA. Le Premier ministre p.i Showkutally Soodhun a transmis une correspondance à la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, vendredi matin, pour demander la révocation de Kailash Trilochun de la présidence du conseil d’administration de la Financial Intelligence Unit (FIU). Pour le gouvernement, il était « plus que temps » de prendre cette décision au vu de la gravité des accusations portées contre l’homme de loi.

Plusieurs nominations

Parfait inconnu pour nombre de Mauriciens, Kailash Trilochun s’est retrouvé sous les feux des projecteurs avec l’avènement de l’Alliance Lepep au pouvoir. Cela de par ses nombreuses nominations au sein des organismes de l’État. Outre d’avoir été nommé Chairman de la FIU, Kailash Trilochun vendait ses conseils et autres services juridiques à au moins quatre institutions de l’État : la Road Development Authority (RDA), la Mauritius Shipping Corporation Ltd (MSCL), l’Information and Communication Technology Authority (ICTA) et il représente le commissaire de police, Mario Nobin, contre le Directeur des poursuites publiques dans l’affaire Sun Tan.

Quatre suspects arrêtés

Après Désiré Sylvio Candahoo, Christopher Benoît et Pascal Collet, un quatrième suspect a été arrêté par la police dans cette affaire d’agression. Il s’agit de Steeven St Pierre, considéré comme le bras droit de Kailash Trilochun. Recherché par la police, il s’est finalement rendu au Central Criminal Investigation Department (CCID), samedi 27 août, vers midi accompagné de son homme de loi, Me Anupam Khandai. À 14h, il a été placé en état d’arrestation et présenté devant la Bail and Remand Court (BRC) pour sa mise en accusation provisoire de complot. Me Anupam Khandai a présenté devant la Bail and Remand Court une motion pour que son client bénéficie de la liberté conditionnelle. La motion sera débattue lundi 29 août.

Nando Bodha : « La loi, c’est la loi »

Cousin et beau-frère de Kailash Trilochun, le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, a commenté les allégations qui pèsent sur l’avocat. C’était lors d’une fonction à l’hôtel Intercontinental à Balaclava. « Nou ena parents ek nou ena la loi. Nou tou ena parents. Parents c’est parents, la loi c’est la loi », a-t-il dit. Le ministre affirme que la police a démarré une enquête et qu’il faut la laisser « mener son enquête dans les meilleures conditions ». « Nous sommes dans un pays de droit. La police doit faire son enquête pour établir les faits et les responsabilités », ajoute Nando Bodha.

Commentaires

A propos de Rizwaan Khodabux

Ceci peut vous intéresser

soodhun-ambassade

Showkutally Soodhun : « Hadj 2017 en de bonnes mains »

Le vice-Premier ministre et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, ne cache pas sa satisfaction et sa …