mercredi , 20 novembre 2019
Accueil / Société / Contribution des musulmanes au développement du pays
Contribution des musulmanes

Contribution des musulmanes au développement du pays

Avant l’indépendance de Maurice, la femme musulmane n’avait pas un rôle conséquent au sein de la famille et par extension dans la société. Elle se cantonnait plutôt aux  travaux ménagers à la maison.  Mais, après l’indépendance, les choses ont commencé à changer pour elle. Au fur et à  mesure que la société passait par des changements importants, le rôle de la femme musulmane allait aussi connaître une évolution. Allia Syed Hossen-Gooljar et Mariam Goodur nous livrent leurs analyses concernant la contribution de la femme musulmane  au développement de la société mauricienne pendant ces 50 dernières années.

Allia Syed Hossen-Gooljar : «Autrefois, la vie des femmes musulmane était très difficile»

Allia Syed Hossen-Gooljar est travailleuse sociale et aussi présidente du Centre des Dames Mourides (CDM). Elle nous explique que les premières femmes musulmanes arrivèrent à l’île Maurice durant le 18ème siècle en provenance de l’Inde. Selon elle, ces femmes accompagnaient leurs époux qui venaient travailler dans le port. À l’époque, Maurice était sous colonisation française. « Il y avait des musulmanes parmi des femmes esclaves venant du continent africain. Il y avait également des femmes musulmanes qui accompagnaient leurs époux commerçants venant de l’Inde après l’abolition de l’esclavage en 1835. La vie de ces femmes était très difficile d’autant qu’elles n’avaient pas accès à l’éducation. En outre, elles ne jouissaient d’aucun droit », dit-elle.

Elle souligne que c’est à partir de 1850, sous la colonisation anglaise, que le Révérend Jean Lebrun fit ouvrir les portes des écoles à tous sans distinction. Toutefois, tous les parents ne pouvaient envoyer leurs enfants à l’école, à cause des dépenses à encourir. « Beaucoup sacrifiaient leurs filles au profit de leurs fils. Selon une étude qui avait été faite en 1900 à travers l’île, seulement 60 filles musulmanes fréquentaient l’école primaire contre 1,500 garçons. Néanmoins, en 1902, il y a eu une musulmane, Rassoolbie Hassen Ally, qui fut employée comme institutrice dans la fonction publique tandis que les filles de l’époque allaient à la madrassa seulement », ajoute-t-elle.

Allia Syed Hossen-Gooljar rappelle aussi qu’à cette époque les autres parents musulmans redoutaient l’influence que l’éducation séculaire pouvait avoir sur leurs filles. « Avec l’ouverture de la Muslim High School en 1924 par le Maulana Rashid Nawab, certaines filles habitant Port-Louis ont pu avoir accès à l’école alors que celles qui habitaient à la campagne n’étaient toujours pas autorisées à aller à l’école. Le Maulana Abdul Aleem Siddiqui encouragea les parents à offrir l’éducation séculaire également aux filles. En 1930, il fit ouvrir le collège Aleemiah pour y admettre garçons et filles », dit-elle encore.

À la fin des années 1930, Begum Hoorbai Rajabally, qui était très impliquée dans le travail social, organisa des causeries, des séminaires et des classes du soir à travers l’île pour parler aux musulmanes de leurs droits. « Elle anima aussi des causeries à la radio. En 1940, elle fonda la Mauritius Muslim Ladies Association (MMLA) et créa également le premier groupe de Muslim Girls Guides. Elle encouragea les femmes musulmanes à s’éduquer et à se développer », ajoute-t-elle.

Selon elle, c’était durant les années 50 que des parents musulmans prirent conscience qu’il fallait envoyer leurs filles au collège. « Amatoul Qayyoum Rajaballee s’était jointe au Teachers’ Training College en 1952. En 1961, la communauté musulmane eut sa première lauréate en la personne de Kuddusia Hossenbux, ancienne élève du collège Queen Elizabeth. Elle alla étudier la médecine en Angleterre. En 1962, Farida Foondun, la première graduée musulmane d’une université anglaise retourna à Maurice. L’ouverture du collège Muslim Girls en 1964 et du Madad-ul-Islam Girls College en 1965 facilitèrent l’accès à l’éducation secondaire aux filles musulmanes. L’éducation gratuite en 1976 et l’éducation obligatoire pour tous jusqu’à l’âge de 16 ans ont beaucoup contribué pour que la majorité des filles musulmanes d’aujourd’hui sont éduquées et contribuent activement au développement du pays », conclut-elle.

Mariam Goodur : «La femme musulmane a beaucoup évolué»

Mariam Goodur est présidente du Muslims Ladies Council(MLC). Elle estime que la femme musulmane a beaucoup évolué pendant ces dernières années. Elle prend comme exemple la travailleuse sociale Hoorbai Rajabally, la première juge musulmane Shaheda Peeroo et Madame Gorah Issac qui ont marqué l’histoire des femmes musulmanes à Maurice. « Il y avait un temps où l’éducation était accessible mais les parents musulmans ne voulaient pas envoyer leurs filles à l’école. Hoorbai Rajabally va sensibiliser ces parents à travers le pays. Elle allait dans toutes les régions afin de convaincre les parents. Elle avait initié le concept de l’école du soir qui a été un vrai succès », dit-elle.

Elle raconte aussi que Hoorbai Rajabally était la première femme qui a pu faire une collecte d’argent pour les frais d’une intervention chirurgicale d’une jeune fille en Angleterre. « Nous étions à une époque où les femmes musulmanes ne sortaient même pas. Mais Hoorbai Rajabally n’a pas hésité à faire une collecte publique. Elle a pu envoyer la fille qui a pu retrouver la vue. La dame a aussi rencontré Fatimah Dinah au Pakistan. Elle avait même fait la demande pour l’ouverture d’une ambassade pakistanaise à Maurice », dit-elle encore.

Plusieurs femmes musulmanes ont donc contribué à leur façon au développement du pays. Elle rappelle que l’épouse de Gorah Issac avait participé activement à la campagne électorale de son époux. « Madame Damoo a été la première conseillère municipale musulmane à Port-Louis », conclut-elle.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Nusrath Doomun

Appel à la générosité pour Nusrath Doomun

Nusrath Doomun, enseignante, doit se faire opérer en Inde pour retrouver sa mobilité. Commentaires