vendredi , 17 mai 2019
Accueil / Actualités / Centre des Dames Mourides : dépistage du cancer du sein pour 1500 femmes
Centre des Dames Mourides

Centre des Dames Mourides : dépistage du cancer du sein pour 1500 femmes

Offrir la possibilité aux femmes vulnérables de se faire dépister du cancer du sein. Tel a été l’objectif du Centre des Dames Mourides qui a, au cours d’un programme de dépistage, pu atteindre quelque 1500 Mauriciennes. La cérémonie de clôture s’est tenue le lundi 8 octobre.

La prévalence du cancer du sein est relativement importante à Maurice. C’est le type de cancer le plus commun chez les femmes. Néanmoins, peu d’entre elles arrivent à se faire dépister de cette maladie. C’est dans cette optique que le Centre des Dames Mourides (CDM), avec le soutien financier du Special Collaborative Programme for Support to Women and Children in Distress sous l’égide du ministère de l’Égalité du genre, a organisé un programme de dépistage du cancer du sein qui s’est étalé sur une année dans différentes régions du pays. La cérémonie de clôture, tenue au National Women Development Centre à Phoenix, a réuni ministres, représentants des ONG et bon nombre d’invités.

Lors de son discours, la directrice du CDM, Allia Syed Hossen-Gooljar, a rappelé que depuis 2007, l’association organise des campagnes de sensibilisation sur le cancer du sein avec la collaboration du Dr Dora Mamodesene, une gynécologue de Washington. Pour ce programme de dépistage qui a débuté en juillet 2017, le CDM  s’est rendu au sein de 13 ONG, 12 maisons de retraites, 10 associations œuvrant pour les personnes avec un handicap, 8 centres communautaires, 5 foyers pour femmes en détresse, 5 organisations religieuses et 2 écoles. « Nous avons également organisé deux sessions au sein du caravane du National Women Council, une session à la prison des femmes à Beau-Bassin et treize sessions au siège du CDM à Mesnil », a souligné Allia Syed Hossen-Gooljar.

Selon la directrice du CDM, le but de ce projet était non seulement de sensibiliser les femmes sur l’importance de faire un examen de leurs seins mensuellement afin de dépister à temps toute grosseur suspecte mais également les instruire comment faire l’auto-examen. « À travers ce programme de dépistage, nous voulions aussi sensibiliser les Mauriciennes sur l’importance du contrôle gynécologique régulier. Beaucoup d’entre elles ne sont pas conscientes que le cancer du sein peut toucher n’importe qui et à n’importe quel âge », a-t-elle ajouté. Allia Syed Hossen-Gooljar a également cité plusieurs cas auxquels son équipe a été confrontée au cours du programme. Elle a cité en exemple le cas d’une femme dont l’époux s’était opposé à ce qu’elle fasse une ablation du sein. «  Je demande aux femmes de prendre leur santé en main parce que quand la femme est malade, c’est toute la famille qui est déchirée », a-t-elle déclaré.

L’importance du dépistage précoce

Présent pour l’occasion, le ministre de la Santé, le Dr Anwar Husnoo, a salué l’initiative du CDM. Il a insisté sur l’importance d’encourager les jeunes filles et les femmes à faire un dépistage précoce et d’adopter un mode de vie sain pour combattre le cancer. Il a indiqué que le nombre de décès liés au cancer augmente année après année mais que son ministère s’engage à investir massivement dans le combat contre cette maladie.  « Des équipements modernes seront mis à la disposition des femmes atteintes du cancer », a-t-il tenu à souligner. Le Dr Husnoo s’est également penché sur le vaccin contre le cancer du col de l’utérus. Il a rappelé que depuis 2016, 28 000 étudiantes des grades 5,6 et 7 ont été vaccinées. Selon lui, le New Cancer Centre, financé par le Saudi Fund, va grandement améliorer le service dispensé aux cancéreux.

Pour sa part, la vice-Première ministre, Fazila Jeewa-Daureeawoo, a axé son intervention sur le gros travail qu’abat les ONG et autres bénévoles. Elle a salué l’initiative du CDM et a reconnu que le bénévolat n’est pas un travail facile. Parallèlement, elle dit reconnaître que le gouvernement ne peut pas tout faire mais a besoin de la collaboration de tout un chacun. « C’est de cette façon que nous allons œuvrer pour le bien-être de tout un chacun. Les ONG ont un rôle important au sein de notre société », a-t-elle avancé. Fazila Jeewa-Daureeawoo a également exhorté les femmes à prendre leur santé en main. « J’encourage les femmes à faire un bilan de santé régulier afin qu’elles puissent s’assurer de jouir d’une bonne santé. Il est aussi important de revoir la façon de préparer le repas et d’inculquer aux enfants l’habitude de manger sainement et de faire des exercices physiques régulièrement », a-t-il ajouté.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

eau

L’eau : une source vitale à ne pas négliger !

Pendant le mois du ramadan, les organismes du corps sont mis à l’épreuve. Donc, il …