samedi , 24 août 2019
Accueil / Actualités / Central Water Authority : vers l’augmentation des tarifs d’eau
eau

Central Water Authority : vers l’augmentation des tarifs d’eau

Les consommateurs devront bientôt débourser plus pour leur consommation en eau. Une nouvelle grille tarifaire sera finalisée d’ici deux semaines. Ce qui ne manque pas de créer des remous parmi les partis de l’opposition et associations de protection des consommateurs.

Le Premier ministre par intérim, Ivan Collendavelloo, est bien décidé à revoir à la hausse les tarifs d’eau. Répondant à la Private Notice Question (PNQ) de Xavier Luc Duval au parlement, mardi, Ivan Collendavelloo a déclaré qu’il était en train de finaliser une grille tarifaire avec la CWA. « It is expected that this will be done within two weeks, » a-t-il declaré à l’Assemblée nationale. Ivan Collendavelloo n’a toutefois pas voulu piper mot sur le quantum de cette hausse.

Néanmoins, dans un plan de redressement élaboré par la CWA en 2016, une des recommandations touche à la révision des tarifs actuels. Le quantum proposé, dans ce plan de redressement, est de 62%. Ce qui permettra, d’après les calculs de la CWA, d’engranger un surplus de Rs 800 millions dès la première année et une somme additionnelle de Rs 100 millions les années suivantes, représentant 5% de ses revenus.

Les 3 scénarios de la Banque Mondiale

Outre le plan de redressement, la Banque Mondiale a elle aussi proposé trois scénarios possibles, en ce qui concerne une éventuelle hausse des tarifs de la CWA, dans son rapport intitulé « Mauritius Support to Potable Water Sector Reform and PPP for the Central Water Authority ». Rapport que le ministre des utilités publiques, Ivan Collendavelloo, a déposé au parlement mardi, à la requête du leader de l’opposition.

Scénario 1. La hausse tarifaire est indexée à l’inflation durant les trois premières années, suivant le recrutement d’un partenaire stratégique, avant de connaître une hausse de 30% à la quatrième année.

Scénario 2. Une hausse de 10% des tarifs la première année, suivie d’une hausse de 30% à partir de la 4ème année.

Scénario 3. Selon ce scénario, les tarifs connaîtront une hausse de 30% dès la première année, suivie d’une hausse additionnelle de 30% à la 4ème année.

Au final, les consultants de la BM proposent que la hausse des tarifs se fasse en deux phases. La première devra avoir lieu avant ou en parallèle avec le lancement de l’appel d’offres dans le but de trouver un partenaire stratégique et la deuxième devra avoir lieu à partir de la 4ème année. Cette hausse devra se situer dans une fourchette de 10% à 20% la première année. Et en ce qui concerne la deuxième hausse, qui devra avoir lieu à la 4ème année, la Banque Mondiale est d’avis que le quantum devra être défini ultérieurement, tenant compte des retombées de la première hausse, les améliorations qui seront apportées d’ici la 3ème année et la politique du gouvernement en ce qui concerne le financement pour la réforme du secteur de l’eau.


« Pas la meilleure solution »

« La privatisation n’est pas la meilleure solution ». C’est l’avis du leader de l’opposition, Xavier Luc Duval. Selon lui, il faudrait suivre les recommandations des experts singapouriens. Ces derniers préconisent un regroupement de plusieurs instances pour former la Water Authority. Le leader de l’opposition craint qu’après la CWA, la Wasterwater Management Authority et l’Irrigation authority, entre autres, suivront. « Elles seront toutes privatisées », prévient Xavier Luc Duval qui soutient qu’avec cette mesure, des hausses massives des tarifs seront prévues durant les prochaines années.

Carton rouge à la CWA

Le Premier ministre par intérim, Ivan Collendavelloo, n’y est pas allé de main morte. Lors de l’inauguration, d’un Jogging Track, à Chapman View, Coromandel, Ivan Collendavelloo a fait remarquer que depuis plus de 40 ans, la Central Water Authority n’a pas été capable de gérer le problème d’eau. De ce fait, dit-il, le gouvernement a jugé utile  de confier la gestion de la CWA à des opérateurs privés spécialisés dans la gestion de l’eau. Ce qui n’équivaut pas à une privatisation, insiste-t-il. « Nous n’allons pas privatiser la CWA. Les actifs de cet organisme n’iront pas entre les mains du privé »,  martèle  Ivan Collendaveloo.

Alan Ganoo : « Coup de massue pour le petit peuple »

L’augmentation prochaine du tarif de l’eau a été vivement dénoncée par le président du Mouvement Patriotique, Alan Ganoo, à la conférence de presse de ce parti samedi à son QG à Quatre Bornes.

Abordant le partenariat stratégique (Private Public Partnership) de la Central Water Authority comme évoqué au Parlement, par le vice-Premier ministre et ministre des Utilités publiques et de l’Energie, Ivan Collendavelloo, Alan Ganoo a trouvé aberrant que le gouvernement ait décidé d’augmenter le tarif d’eau avant même la signature du contrat, et qu’une autre augmentation est prévue après la signature du contrat. « Ce seront deux coups de massue pour le petit peuple », a -t-il souigné.

Il s’est étonné aussi que le Premier ministre Pravind Jugnauth, ne se soit pas encore exprimé publiquement sur la polémique qu’a soulevé la question de “privatisation de l’eau”.  Il s’est demandé si ce gouvernement sera encore là lorsque ce projet de partenariat va aboutir. Il a indiqué aussi que l’opérateur ne sera pas choisi avant la fin de cette année. Il a également évoqué la possibilité d’un appel interjeté devant l’Independent Review Panel ou encore en Cour suprême d’un soumissionnaire dont l’offre a été rejetée.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Pakistan

72e anniversaire d’indépendance du Pakistan : ambiance empreinte de patriotisme

C’est sous une pluie fine que le haut-commissaire du Pakistan, le Dr Syed Rizwan Ahmed, …