vendredi , 23 février 2018
Accueil / Actualités / Le CC mauve rejette la motion de démission de Bérenger
Paul Bérenger

Le CC mauve rejette la motion de démission de Bérenger

Coup de théâtre au sein du MMM, samedi. Alors que le comité central devait prendre un vote de sanction contre Steeve Obeegadoo pour « son interview pas au goût du leader », Paul Bérenger a pris tout le monde au dépourvu en soumettant sa démission comme leader.

« C’est enn cinema sans payer ki pou ena enn prix mari fort dan l’avenir. » C’est l’opinion de plusieurs membres du MMM après la réunion du comité central. Selon eux, depuis la défaite électorale du 17 décembre au No 18, c’est la deuxième opération de diversion du leader, Paul Bérenger. Dans un premier temps, il a proposé l’élection des membres du comité central au lieu d’analyser de « façon honnête » l’ampleur de la défaite et rebondir. Secundo, il démissionne comme leader du MMM pour reprendre son poste trois heures après rien que pour éviter que le comité central prenne un vote contre Steeve Obeegadoo. « Ce n’est pas parce qu’il veut protéger Steeve Obeegadoo, mais tout simplement parce qu’il veut éviter une déconvenue. Il sait parfaitement bien qu’une trentaine de comités régionaux se sont ralliés derrière Steeve Obeegadoo », fait ressortir un ancien ministre mauve.

Les Bérengistes ne l’entendent pas de cette oreille. « Il a fallu crever l’abcès. Ce n’est pas possible qu’une poignée de dirigeants tentent de prendre le parti en otage avec leur projet de réinventer le MMM. Maintenant c’est clair que la grosse majorité de membres du parti sont derrière le leader », fait ressortir un membre. Un autre se réjouit que « Paul est aussi rusé pour tuer dans l’œuf la rébellion. Now they will have to toe the line. »

Revirement de situation

La motion de démission de Paul Bérenger au poste de leader du MMM a été rejetée par le Comité central (CC) de ce parti hier samedi. 63 membres du CC ont voté pour que Paul Bérenger conserve son poste, neuf ont voté pour qu’il démissionne et six autres se sont abstenus. Le vote s’est fait par bulletin secret.

Très amer après avoir survécu au vote, Paul Bérenger s’en est pris aux « hypocrites » au sein du MMM.

« Il y a des remous de ces derniers temps au sein du parti et d’autres choses blessantes qui donnent l’impression que je m’accroche au leadership du MMM. Il y a même eu des allégations disant que j’ai insisté pour qu’il y ait des élections au sein du BP et comité central, car je veux propulser ma fille en avant. Franchement, tout cela me dégoûte. Il n’y a pas eu de proposition pour que je me retire comme leader du MMM », a-t-il déclaré lors d’un point de presse à l’issue de la réunion du comité central au Hennessy Park Hotel.

Le leader du MMM a tenu à préciser que c’est lui-même qui avait présenté la motion un peu plus tôt lors du BP des mauves. Selon Paul Bérenger, la motion devait initialement être débattue le jeudi 15 février lors du prochain comité central du MMM. « Mais il y a eu une proposition pour que la motion soit passée au vote samedi. Ce qui a été fait », dit-il. Le leader du MMM souligne toutefois qu’il avait « voulu qu’il y ait des débats » autour de sa motion et laisse, par ailleurs, entendre que « chacun doit prendre ses responsabilités ».

Le leader des mauves a concédé avoir ressenti beaucoup de tristesse, beaucoup de dégoût et beaucoup de colère. « Kan ti éna pou cozé dan comité central. Personne ne s’est prononcé contre mon leadership. Mais cela ne s’est pas reflété lors du passage du vote », a-t-il dit avant d’ajouter que le travail reprendra normalement et continuera en attendant les élections pour un nouveau bureau politique.

En ce qui concerne la motion de blâme contre Steven Obeegadoo à la suite d’une interview qu’il avait accordée à un hebdomadaire, Paul Bérenger a souligné qu’un membre du MMM avait proposé qu’un item figure à l’agenda du BP. « Mais il l’a par la suite retiré », a-t-il souligné. Il a ensuite tenu à apporter des précisions concernant un article paru le 5 février qui faisait état d’une formule selon laquelle il serait présenté au poste de Premier ministre durant trois ans et Madan Dulloo pour les deux années restantes. Il a fait ressortir que « ladite formule n’a pas encore été discutée au sein du BP tout comme les détails pour les prochaines législatives ».

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Azam Rujubali

Azam Rujubali: aucune compensation suite à son délogement

Azam Rujubali et ses proches qui ont été contraints d’évacuer leur domicile se trouvant sur …