mercredi , 16 octobre 2019
Accueil / Actualités / Carnage dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande : le Mauricien Moosid Mohamed Hossen parmi les 49 victimes
Moosid Mohamed Hossen
Moosid Mohamed Hossen

Carnage dans deux mosquées en Nouvelle-Zélande : le Mauricien Moosid Mohamed Hossen parmi les 49 victimes

L’islamophobie à son summum, vendredi, en Nouvelle-Zélande. Un « terroriste violent de l’extrême droite » a tiré à bout portant sur les fidèles de deux mosquées. Force est de constater qu’un Mauricien figure parmi les 49 premières victimes. Il s’agit de Moosid Mohamed Hossen qui y travaille depuis deux ans.

Les victimes venaient des quatre coins du monde musulman, a souligné la Première ministre Jacinda Ardern, en citant « le Pakistan, la Turquie, l’Arabie saoudite, le Bangladesh, l’Indonésie et la Malaisie. » Pendant la prière de l’après-midi, vendredi, Brenton Tarrant a ouvert le feu à l’intérieur de la mosquée Al Noor dans le centre de Christchurch, sur l’île du Sud, faisant 41 morts. Sept autres personnes ont été tuées dans une autre mosquée située à cinq kilomètres de là, à Linwood, dans la banlieue de la ville, dont trois devant le bâtiment. Une autre victime est décédée à l’hôpital. Des témoins ont déclaré que des fidèles avaient été ciblés à bout portant. Un Palestinien présent a raconté avoir vu quelqu’un recevoir une balle dans la tête. Il a décrit des tirs en rafales et des scènes de panique, les gens s’enfuyant en courant «couverts de sang». Un autre homme a déclaré avoir vu des enfants être abattus.

Son frère  Anwar : « Nou fine rekonet li dan vidéo-là. Ti ena disang kot so licou »

Les Mauriciens ont appris avec stupeur et indignation, vendredi, ces attaques perpétrées contre deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande qui avaient fait 49 morts et 20 blessés graves parmi les fidèles musulmans qui s’étaient réunis pour la prière du vendredi. Et même si on  avait condamné ces actes de barbarie, qu’on manifestait une grosse colère contre l’auteur des attentats et qu’on sympathisait avec les familles des victimes, on ne s’intéressait que très peu à l’identité de celles-ci. On se disait que la Nouvelle-Zélande est un pays à l’autre bout du monde qui ne compte que 46 000 musulmans et qu’il serait bien improbable qu’un Mauricien se trouverait dans l’une des mosquées.

Établi à Christchurch depuis 2017

Or, samedi matin, lorsque les réseaux sociaux ont fait circuler la triste nouvelle qu’un Mauricien aussi était tombé sous les balles du terroriste, c’était la consternation. Son nom : Moosid Mohamed Hossen, 53 ans.

Moosid Mohamed Hossen a pu être identifié grâce à son pull-over à capuche de couleur grise et à ses lunettes de soleil que son neveu lui avait données en cadeau»

Quand nos journalistes se sont rendus au domicile de ses proches à Vacoas, ils ont obtenu confirmation que son nom figurait sur la liste de la Croix-Rouge qui rapporte les personnes portées manquantes après la fusillade mortelle. Encore sous le choc, Anwar, le frère de la victime, avait du mal à parler de cette tragédie qui a frappé subitement la famille. L’un des proches de la victime nous a indiqué que les membres de la famille avaient effectivement pu l’identifier sur la vidéo. « Nous fine rekonet li dan vidéo-là. Ti ena disang kot so licou», nous a-t-il déclaré. La sœur de Moosid, qui vit en Angleterre, est à Maurice depuis le lundi 11 mars et ne s’attendait sûrement pas à vivre un tel cauchemar. Anwar nous a indiqué qu’il ne disposait d’aucune information de source officielle portant sur la fusillade ou encore sur son frère.  Moosid , qui vivait à Vacoas en compagnie de ses frères et sœurs, a émigré en Nouvelle-Zélande en 2017 pour s’établir à Christchurch après avoir fait un crochet par l’Angleterre.

Si Moosid Mohamed Hossen a pu être identifié dans une vidéo circulant sur le net montrant les cadavres, c’est grâce à son pull-over à capuche de couleur grise et à ses lunettes de soleil que son neveu lui avait données en cadeau. Il gisait sur le ventre avec des traces de sang et des blessures au dos et on pouvait apercevoir  son visage. Le visionnage des vidéos sur les réseaux sociaux ont permis de mieux l’identifier.

Il nous revient qu’Anwar et trois autres membres de la famille s’apprêtaient à prendre l’avion dans la soirée du samedi 16 mars pour se rendre en Nouvelle-Zélande en transitant pas Dubaï.


Pravind Jugnauth condamne les actes barbares

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, en mission en Autriche, a fait une déclaration à la radio pour exprimer ses sympathies aux proches des victimes et s’est dit solidaire avec le gouvernement de la Nouvelle-Zélande. Il tient à condamner ce genre d’acte barbare dans un lieu de culte pour tuer les gens. « La prière, c’est un acte paisible », a dit le PM. Il a également tenu à exprimer ses sympathies à la famille du Mauricien qui a été victime de cet évènement tragique. « On suit la situation de très près. Mon gouvernement est de tout cœur avec eux », déclare Pravind Jugnauth.


Rassemblement pacifique vendredi prochain au Square Kadhafi

En signe de solidarité envers les victimes des attentats terroristes en Nouvelle-Zélande, le travailleur social, Salim Muthy, organise un rassemblement pacifique au Kadhafi Square le vendredi 22 mars après le salat-ul Jummah. « C’est terrible ce qui s’est passé. Alors que des musulmans priaient dans les mosquées, ils  ont été victimes d’une fusillade », s’insurge Salim Muthy. Il lance un appel à tous les Mauriciens, indistinctement de leur confession religieuse, de venir en foule pour exprimer leur solidarité enves les victimes. « On peut voir comment toutes les communautés sont soudées à Maurice quand on voit les gens de toutes les confessions religieuses exprimer leurs sympathies aux familles des victimes sur les réseaux sociaux», ajoute-t-il.
Il invite également les associations à être présentes. Il organise un comité ce mardi en vue de ce rassemblement. Ceux qui veulent faire partie de ce comité peuvent prendre contact avec Salim Muthy sur le 5791 5817.


L’imam d’une mosquée attaquée : «Nous aimons toujours la Nouvelle-Zélande»

Nouvelle-Zélande
Des excavateurs utilisés pour la fouille des tombes

L’imam qui dirigeait la prière dans une mosquée de Christchurch quand l’homme armé y a fait un carnage, vendredi, a affirmé ce samedi que cette attaque ne changerait rien à l’amour que portent les fidèles pour la Nouvelle-Zélande. «Nous aimons toujours ce pays», a déclaré Ibrahim Abdul Halim, imam de la mosquée de Linwood, en promettant que les extrémistes ne parviendraient «jamais à entamer notre confiance». M. Halim a fait un récit glaçant du moment où la sérénité de la prière a été brisée par les coups de feu.

«Tout le monde s’est allongé au sol, et des femmes ont commencé à crier. Certains sont morts immédiatement», a-t-il dit.

Mais, a-t-il assuré, les musulmans néo-zélandais se sentent toujours chez eux dans l’archipel du Pacifique Sud. «Mes enfants vivent ici», a-t-il dit. «Nous sommes heureux.»Une majorité de Néo-Zélandais «ressentent le besoin de nous témoigner leur soutien, de nous dire leur totale solidarité», a-t-il poursuivi, en racontant les accolades échangées, samedi, avec des inconnus.

«Ils me donnent l’accolade, me disent leur solidarité et c’est quelque chose de très important.»

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

MMM

MMM : le BP finalise la liste des candidats

La liste des 60 candidats du Mouvement Militant Mauricien (MMM) pour les prochaines élections a …