samedi , 24 juin 2017
Dernières Nouvelles
Accueil / Actualités / Le calvaire d’une future doctoresse au chômage
nawsheen

Le calvaire d’une future doctoresse au chômage

Nawsheen attend depuis presque un an pour compléter son internat à l’hôpital pour pouvoir pratiquer comme médecin généraliste.Cette Curepipienne de 26 ans croyait dur comme fer que son diplôme de médecin serait le sésame qui lui ouvrirait toutes les portes. Hélas! Très vite elle a dû déchanter. Au chômage depuis septembre 2015, elle attend toujours que le gouvernement recrute un nouveau contingent d’internes. Ainsi, malgré l’obtention d’un diplôme après moult sacrifices, elle se voit contrainte de continuer à vivre aux crochets de ses parents.

C’est en septembre 2015 que Nawshen décroche son MBCHB après de longues années d’études. S’étant classée parmi le 25 lauréats en 2008, elle avait bénéficié d’une bourse et avait décidé alors de réaliser son rêve le plus cher: devenir médecin. Après avoir complété 6 années d’études, dont 4 à l’université de Maurice et les deux dernières à l’université de Bordeaux, elle reçoit son diplôme MBCHB.

Un retard administratif de l’UoM

Cependant, le hic est qu’il y a une convention signée entre le ministère de la Santé et les deux universités de Bordeaux et celle à Maurice pour que les étudiants mauriciens ayant obtenu leur diplôme de médecine suivent un stage de formation d’interne dans l’un des 5 hôpitaux publics pour être reconnus comme médecins généralistes. Comme la politique adoptée par le Medical Council et le ministère de la Santé est celle de « premier arrivé premier servi », Nawsheen pensait que son recrutement ne serait qu’une simple formalité. Paradoxalemnt, c’est une simple formalité (un retard administratif de l’université de Maurice) qui a durement pénalisé Nawsheen ainsi que 7 autres titulaires d’un MBChB de son contingent.

Pourtant, afin de ne pas perdre de temps, elle est rentrée à Maurice en juin 2015 plutôt qu’en août 2015 pour soumettre tous les documents nécessaires au Medical Council. «The summer hospital placements I was looking forward to complete in Bordeaux in July and August 2015 were thus alternatively completed at the Victoria Hospital under the mentorship of the Consultant Neurosurgeon at the Victoria Hospital. I missed the October 2015 intake due to the slow processing of documents by the University of Mauritius”, se désole Nawsheen.

En mode attende

Ce retard administratif a laissé un goût amer à Nawsheen qui s’est retrouvée dans l’attente depuis pratiquement un an et attend toujours de faire son internship à l’hôpital. « Sans ce stage pratique je ne peux exercer nulle part. C’est très décourageant et démotivant pour nous les étudiants en médecine de nous retrouver au chômage après tant d’années de sacrifices. ll est extrêmement difficile pour moi de gérer ma situation financière. J’ai dépensé de grosses sommes d’argent pour mes études, dont une partie a été financée par les membres de la famille ainsi que par des sociétés islamiques. En outre, être au chômage a un impact négatif sur moi. Car je ne pense pas que je mérite d’attendre indéfiniment comme ça. Je n’arrive pas à obtenir un emploi car tous les employeurs souhaitent avoir un employé permanent. Plus important encore, privée d’un an de stage à l’hôpital et de pratique clinique n’est pas bon pour ma formation médicale », dit Nawsheen.

Malgré ses difficultés actuelles, elle garde espoir même si elle a contacté vainement le ministère de la Santé à plusieurs reprises depuis décembre 2015 pour être mise à jour sur le recrutement des stagiaires. « La réponse était toujours identique, qu’un contingent de PRHO sera recruté prochainement, peut-être le mois prochain. Chaque mois, j’attendais avec espoir, mais rien ne s’est jamais concrétisé. Cela est une grande déception. On m’a dit que le recrutement peut se faire à tout moment et que je dois être en mode ‘Stand-By’ », ajoute Nawsheen.

C’est une situation très pénible pour Nawsheen et d’autres étudiants en médecine qui n’arrivent même pas à voyager car ils doivent être en « mode attente » car le recrutement se fait en cinq jours. Le plus dur évidemment c’est de se retrouver sans source de revenus.

De son côté, Nawsheen a adressé une lettre au bureau du Premier ministre avec copie au ministère de la Santé. Elle a aussi adressé une lettre au Vice Chancellor de l’UoM qui est responsable de sa formation médicale en espérant voir la lumière au bout du tunnel. Jusqu’ici, ses lettres restent sans réponse. Sollicitée pour une réaction, le ministère de la Santé nous informe qu’il y a un contingent de médecins qui a terminé son stage après 18 mois il y a trois semaines de cela. Le ministère de la Santé procèdera au recrutement d’un nouveau contingent en septembre 2016. Voilà qui fera certainement plaisir à Nawsheen et ses amis.

R.T

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

Les médecins et les bénévoles de la mosquée Umarain et de la SJFM

‘Medical Check-up’ à la mosquée Umarain

« Pendant le Ramadan, beaucoup de personnes ont tendance à négliger leur santé et délaisser leurs …