mercredi , 13 décembre 2017
Accueil / Actualités / Business & Social Networking : l’ICCI souhaite plus de coopération entre les hommes d’affaires musulmans
Business & Social Networking

Business & Social Networking : l’ICCI souhaite plus de coopération entre les hommes d’affaires musulmans

L’Islamic Chamber of Commerce and Industry (ICCI) a tenu un Business/Social Networking Event, le mercredi 29 novembre à la salle Gorah Issac, à Port-Louis, dans le but de renforcer les liens entre les hommes d’affaires musulmans du pays et subséquemment accroître les ventes et les revenus.

Une centaine de membres de l’ICCI de plusieurs secteurs de l’économie étaient présents pour l’occasion et plusieurs d’entre eux ont eu l’opportunité de se rencontrer et d’établir de nouveaux contacts. Pour le président de l’organisme, Goolam Mohammud, il est primordial, de par la conjoncture économique actuelle, que les hommes d’affaires musulmans s’unissent et intensifient leur coopération commerciale. « Un an après la création de la Chambre de commerce islamique (Ndlr : lancement en octobre 2016), je dois dire que je suis très satisfait de notre parcours et du progrès réalisé. De nouveaux membres ont adhéré l’ICCI au cours de ces derniers mois et nous espérons que le nombre va continuer à augmenter l’année prochaine. Mais le plus important c’est la coopération entre les hommes d’affaires musulmans. On doit s’entraider pour le bien de la communauté », a-t-il déclaré. Selon lui, les entreprises musulmanes doivent aussi faire preuve de créativité et continuer d’innover.

Goolam Mohammud a, par ailleurs, rappelé les projets et autres travaux accomplis par l’ICCI au cours de cette année. « Nous avons travaillé sur un E-Directory afin de faciliter la communication entre les membres. L’ICCI a aussi organisé plusieurs activités telles qu’un don de sang et des conférences sur plusieurs thèmes », a souligné le président. L’ICCI a également eu une session de travail avec la Tamil Chamber of Commerce dans le but de faciliter les affaires entre les membres des deux organismes. Plusieurs rencontres de haut niveau ont eu lieu entre les membres de l’ICCI et ceux des chambres de commerce du Soudan, de l’Afrique du Sud et de la Turquie. « Nous étions invités à une exposition commerciale en Iran et le chargé d’affaires pakistanais à Maurice, Faisal Idriss, m’a informé que le Pakistan va aider à promouvoir les produits des membres de l’ICCI lors des expositions à venir à Karachi », a-t-il fait ressortir.

Vision à long terme

Quelque 335 membres ont adhéré l’ICCI depuis sa mise sur pied en octobre de l’année dernière. Mais  Goolam Mohammud estime qu’il y a encore un long chemin à faire. « Nous espérons avoir environ 500 membres d’ici début 2018 et franchir le cap de 1000 adhérents à l’avenir. Nous avons une vision à long terme pour la communauté et c’est avec l’aide de tout un chacun que nous pourrions faire avancer les choses », a-t-il poursuivi. Selon lui, si une compagnie rejoint l’organisme, elle aura plus de visibilité sur le marché car cela agit comme de la publicité indirecte. De son côté, Yousuf Jeeva, vice-président de l’ICCI, a mis l’emphase sur l’aspect relationnel des affaires. Il laisse entendre qu’il est inconcevable de faire des affaires sans rencontrer des gens. « Auparavant, le prix était un facteur déterminant lorsqu’on faisait du commerce mais de nos jours, c’est l’humain qui est au centre du business », a-t-il déclaré.

Selon Yousuf Jeeva, les musulmans ont toujours été très compétents dans le monde des affaires. « Nous sommes une communauté qui est ‘business-oriented’ car c’est un cadeau que nous a laissés le saint prophète Muhammad (saw). Mais il est important de s’adapter, de s’améliorer et d’innover. Chaque homme d’affaires musulman doit aussi adopter une attitude professionnelle »,  a-t-il ajouté. Il estime que l’ICCI a également à cœur la valorisation des femmes musulmanes qui souhaitent faire du business dans les paramètres préconisés en islam.

Financement des PME

Osman Badat, membre du comité de direction de l’ICCI, a lui indiqué que les membres de la chambre du commerce peuvent utiliser la page Facebook de l’institution comme un outil de marketing afin de promouvoir leurs produits et services. Il a laissé entendre que l’ICCI mettra beaucoup d’emphase sur l’encadrement et le financement des petites et moyennes entreprises (PME). « Nous sommes en train d’étudier plusieurs formules afin d’aider les PME à avoir les fonds nécessaires pour démarrer leur activité. Le plus intéressant avec ces types de business, c’est qu’ils vont créer un nouveau marché », a-t-il souligné.

Invités à venir de l’avant avec des suggestions, plusieurs membres ont, tour à tour, pris la parole. Ainsi, Taariq Hussain Budullah, directeur d’Itelligence, une compagnie spécialisée en informatique, a mis l’accent sur la formation des membres de l’ICCI et d’aider les start-ups. Selon lui, l’organisme doit aussi venir de l’avant avec une application mobile. Pour sa part, le Dr Muniruddeen Lallmahamood, membre exécutif de l’ICCI et CEO de la banque Century, a abordé l’aspect financier des compagnies. Il estime que chaque homme d’affaires doit faire preuve d’une discipline financière. Il convient de souligner que l’ICCI compte venir de l’avant avec des cours de commerce selon les principes de la charia à l’intention des collégiens.

Commentaires

A propos de Nuur-Uddin Jandanee

Ceci peut vous intéresser

négligence médicale alléguée

Négligence médicale alléguée : Farha perd ses jumelles après 8 mois de grossesse

À l’hôpital Dr Jeetoo où on lui a affirmé le mardi 30 novembre que ses …