jeudi , 21 septembre 2017
Accueil / Actualités / Le Budget 2016-2017 – Une approche humaine
budget-16

Le Budget 2016-2017 – Une approche humaine

Pravind Jugnauth a frappé un grand coup en se démarquant de ses prédécesseurs au ministère des Finances avec un Budget éminemment humain. La rupture a, bel et bien, eu lieu. Le minis­tre des Finances s’est ingénié à améliorer les conditions de vie de la population, surtout ceux au bas de l’échelle. Il a voulu créer un ‘feel good factor’ dans pratiquement chaque foyer en diminuant le prix de quelque 300 produits et articles, dont le gaz ménager.

Baisse des prix

Le prix du gaz ménager passe de Rs 330 à Rs 270. Quelque 368 produits frappés de la taxe seront désormais exemptés à hauteur de 95%. Suppression de la taxe sur les vêtements, dont les T-shirts, chemises, pantalons et robes de même que sur des couches et lingettes, les ustensiles de cuisine en aluminium, en porcelaine, en verre et les couverts de table. À partir du 1er septembre, les boîtes de céréales ne seront plus frappées par la taxe.

Eau

7 000 familles bénéficieront d’un subside sur l’achat d’un réservoir d’eau. Le gouvernement accordera Rs 35 millions pour cela. Rs 3,7 milliards seront investies pour le remplacement des tuyaux défectueux à Beau Bassin, Rose Belle, Rivière du rempart, Lallmatie, Roche Bois, Plaine-Verte et Surinam.

Sécurité des citoyens

La Police disposera d’une enveloppe de Rs 8,7 milliards. De cette somme, une Police Academy sera construite au coût de Rs 292 millions dans la région de Réduit/Ebène. 6 nouveaux postes de police et deux nouveaux centres de détention seront construits. Des Smart cameras seront placées dans plusieurs régions sensibles de même que des détecteurs de mouvements seront utilisés pour combattre la prolifération de la drogue et d’autres fléaux. Les caméras de surveillance ne seront plus frappées par la TVA.

Sécurité routière

Un système de surveillance centrale sera aménagé pour renforcer les mesures pour la sécurité routière. Une loi-cadre pour les auto-écoles sera introduite. Les pénalités liées aux délits de conduite seront augmentées et les examens pour l’obtention des permis de conduire pour les voitures et motocyclettes deviendront plus durs et stricts. Les tests de fitness seront améliorés pour réduire le temps d’attente pendant la révision.

Santé

Le ministère de la Santé disposera d’un budget de Rs 10,9 milliards. Un nouvel hôpital ENT sera construit à Vacoas. La Cardiac Unit de l’hôpital Victoria sera agrandie pour accueillir davantage de patients. L’hôpital SSR à Pamplemousses sera rénové au coût de RS 121 millions et un nouvel hôpital des yeux sera construit à Moka. Un nouvel hôpital régional est aussi envisagé à Flacq.

Le ministère recrutera 255 personnes dans le secteur paramédical et 570 membres de personnel de soutien. Un nouveau programme de vaccination sera lancé pour prévenir le cancer du col de l’utérus et des fonds sont prévus pour la création d’un nouveau laboratoire d’analyses.

Rs 250 millions seront déboursées pour l’achat d’équipements de haute technologie et Rs 25 millions pour la mise en place de nouvelles unités de dialyse à l’hôpital communautaire de Montagne Longue, à l’hôpital A G Jeetoo à Port-Louis et à celui de Pamplemousses.

Marché de l’automobile

La taxe carbone introduite en 2011 sera suspendue. Les droits d’accises passe de 55% à 50% pour les voitures entre 1001 cc et 1600 cc. Les droits d’accises sur les voitures hybrides baissent de 30 points alors que ceux sur les véhicules électriques jusqu’à 180 kw seront abolis. et une baisse de 5% du facteur d’ajustement utilisé par la douane pour le calcul de la valeur des véhicules de seconde main importés.

Handicap

La limite d’âge pour bénéficier de la pension d’invalidité est enlevée. Quelque 3 300 cas vont ainsi être pris en considération avec une dotation spéciale de Rs 100 millions. Des bourses spéciales seront offertes aux élèves avec des besoins spéciaux pour la poursuite de leurs études à Maurice. Ils recevront également une somme de Rs 5 000 mensuellement. Une somme de Rs 90 millions sera aussi votée en faveur des organisations non gouvernementales (ONG) qui travaillent avec des enfants avec des besoins spéciaux.

Jeunes et emplois

21,400 jeunes trouveront un travail dans le court terme grâce à une série de mesures.

4000 jeunes seront formés sous le National Skills Development Programme (NSDP) pour une formation technique dans les secteurs de TIC, l’industrie touristique, le corps des infirmiers et le personnel paramédical et le secteur de la construction, entre autres. Les stagiaires bénéficieront d’une allocation mensuelle de Rs 5,000.

1200 jeunes seront formés pour travailler sur les bateaux de croisière et dans la marine. 200 ingénieurs seront placés dans les départements publics afin qu’ils puissent avoir l’expérience et éventuellement trouver du travail dans le privé.

2 000 jeunes chômeurs trouveront un emploi grâce au Youth Employment Programme (YEP) . Le gouvernement, à travers la fonction publique emploiera 7,200 personnes. Les nouvelles stratégies qui seront appliquées pour relancer l’économie et l’employabilité favoriseront la création de 7000 nouveaux jobs.

Politique du logement

1000 unités de logements sociaux seront construites sur les 3 prochaines années destinées à ceux qui vivent dans l’extrême pauvreté. 1900 logements pour les familles à faibles revenus au coût de RS 1 milliard seront construits sur 16 sites à travers l’île. Chaque logement sera d’une superficie de 50m2. Une somme de Rs 155 millions est prévue pour la rénovation des unités de la NHDC. Le seuil d’éligibilité, en termes de revenu mensuel, pour prétendre à un appartement de la NHDC passe de Rs 10 000 à RS 20 000.

Les familles vivant sur les terres municipales pourront devenir propriétaires du lopin de terre pour une somme symbolique de Rs 2000. Les Mauriciens ayant les moyens de s’offrir un appartement ne dépassant pas Rs 6 millions entre le 1er septembre 2016 et le 30 juin 2020 seront exemptés des frais d’enregistrement. Un premier acquéreur sera exempté des frais d’enregistrement à condition que le prix du terrain ne dépasse pas Rs 2 millions et que la superficie ne dépasse pas 20 perches. Les promoteurs immobiliers seront eux exemptés de la ‘land transfer tax’ pour la vente des maisons ne dépassant pas Rs 6 millions contre Rs 4 millions actuellement et ce jusqu’à 2020. D’autre part, les Mauriciens ayant contracté un emprunt pour la construction/l’achat d’une première maison pourront déduire les intérêts imposables de leurs revenus. Et enfin, le plafond pour le remboursement de la TVA par la MRA sur l’acquisition d’un nouveau logement ou appartement passe de Rs 300 000 à Rs 500 000.

Lutte contre la pauvreté

A partir du 1er décembre 2016, les familles touchant entre Rs 2 720 et Rs 9520 mensuellement bénéficieront d’une aide sociale. Les élèves issus de familles vivant dans des conditions vulnérables et qui réussissent à leurs examens seront récompensés par un ‘cash reward’ : Rs 15 000 pour ceux qui auront complété leur Grade 9 (form 3), Rs 25 000 pour ceux reçus aux examens du School Certificate ou détenteur d’un certificat équivalent vocationnel et Rs 35 000 pour ceux ayant passé le cap du Higher School Certificate ou une qualification technique équivalente. Les frais d’examens pour les élèves issus de familles pauvres et qui redoublent leurs SC ou HSC seront pris en charge par l’Etat; la subvention mensuelle pour les crèches passe de Rs 1 500 à Rs 2 000 par enfant et la meal allowance pour les élèves qui fréquentent les écoles ZEP passe de Rs 40 à Rs 60.

Swadicq Nuthay : « Un budget réaliste »

L’économiste Swadicq Nuthay avance que le Budget 2016/17 est un budget réaliste qui couvre principalement trois axes: le problème structurel de l’économie, les problèmes sociaux (surtout la pauvreté absolue) et le climat des affaires. « Pravind Jugnauth a su établir un équilibre entre les trois avec ce budget. Bien sûr, il y a des enjeux, notamment des reformes en profondeur qu’il ne pourrait réaliser vu l’aspect politique que cela va engendrer. Par exemple, une réforme de l’état providence ne pourra être une réalité uniquement s’il y a consensus national », dit-il. Swadicq Nuthay est en faveur de la réforme de la fonction publique qui selon lui bloque actuellement le développement. « Avec la réforme des institutions et la rationalisation de plusieurs institutions il faut avoir la volonté de réduire la bureaucratie et l’inefficience», dit-il. Au sujet de la « Business Facilitation », notre interlocuteur est d’avis que Pravind Jugnauth a très bien compris les enjeux, surtout avec les facilités d’e-licensing, l’abolition des comités exécutifs des collectivités locales pour les Building and Land Use Permits (BLP), entre autres. Swadicq Nuthay souligne également que le ministre des Finances a créé une ouverture aux étrangers afin qu’ils puissent devenir acquéreurs de propriétés, d’apparentements ou de bureaux. « Il y a une volonté du gouvernement pour faciliter la vie des entrepreneurs. Le ministre a également annoncé des mesures très positives pour le service financier », précise-t-il. Dans le cadre des projets sociaux, l’économiste se réjouit de la décision du ministre des Finances d’accorder une subvention aux familles démunies qui perçoivent entre Rs 2 720 et Rs 9 720 mensuellement. « Cette mesure s’attaque directement à la pauvreté absolue et je suis d’avis que c’est une très bonne décision », dit-il. Cependant, Swadicq Nuthay se montre moins optimiste au sujet des Petites et Moyennes Entreprises (PMEs). « Il y a certes une bonne volonté politique mais il y a toujours des soucis au niveau de l’implémentation », dit-il encore. Un manque de rigueur dans l’implémentation des mesures et des projets annoncés dans le budget sont des problèmes auxquels Pravind Jugnauth doit s’atteler pour que les objectifs visés soient réalisables. « Le ministre doit venir de l’avant avec un agenda détaillé et établir un délai pour la réalisation des projets », conclut-il.

Arnaud Dalais de Business Mauritius : « Une volonté marquée de se réinventer »

“C’est un Budget de réforme, avec une volonté marquée de se réinventer” a déclaré Arnaud Dalais, Chairman de Business Mauritius. Il a ensuite expliqué qu’en effet, le secteur privé lui-même s’est réformé ces dernières années – le textile, le tourisme, le secteur cannier en sont quelques exemples. De même, au niveau institutionnel, le secteur privé s’est réformé avec la création de Business Mauritius l’an dernier. Cette volonté de réformer le secteur public est donc accueillie positivement. Selon Raj Makoond, CEO de Business Mauritius, il est aussi noté que la discipline macro-économique est maintenue, avec un déficit budgétaire à 3,3% et une dette en baisse. Il est impératif de maintenir cette discipline pour que ces diverses réformes se fassent. « La réforme se poursuit aussi au niveau des mesures annoncées pour la facilitation des affaires, qui, par répercussion, encourageront l’investissement privé. Ce qui amènera croissance économique et création d’emploi », ajoute M. Makoond. La facilitation des affaires influencera de plus le secteur de la construction, à travers une mise en oeuvre plus rapide des projets de développement. De plus, Business Mauritius constate avec satisfaction que plusieurs instruments seront mis en place pour soutenir et booster les PMEs. Ce budget va aussi dans la direction d’une économie digitale, avec la mise en place de fibres optiques et d’un deuxième réseau de base. Au niveau du secteur manufacturier, Business Mauritius constate que ce budget amènera un changement de fond en rapprochant Maurice de ses marchés, à travers une baisse notable de fret vers l’Europe. En ce qui concerne le secteur financier, Business Mauritius accueille favorablement les différentes incitations pour encourager des nouveaux produits et segments. Au niveau des infrastructures, certains gros projets sont annoncés et Business Mauritius estime qu’ils sont importants pour l’investissement et la relance. Business Mauritius est favorable à la proposition de mise en place d’une « Skills Development Authority » dans le secteur de la formation vocationnelle, qui se proposera d’agir comme un régulateur indépendant pour ce secteur vital. Finalement, dans son mémorandum, Business Mauritius avait aussi proposé des mesures pour améliorer le cadre de vie des Mauriciens. Dans ce contexte, l’association accueille favorablement les mesures proposées dans le combat contre la pauvreté absolue. Pour conclure, Business Mauritius réitère sa volonté de travailler de concert avec le gouvernement, comme par le passé. C’est un vrai partenariat public-privé qui est essentiel pour l’avenir du pays et des consultations seront entamées pour l’implémentation du programme budgétaire.

Ally Lazer : « Il fallait augmenter l’effectif de l’Adsu sur le terrain »

Le ministre des Finances, Pravind Jugnauth dans son discours budgétaire a annoncé qu’une somme supplémentaire sera votée pour lutter contre le crime et la prolifération de la drogue. Deux drones, dotés de caméras avec des capacités de vision nocturne, seront mis à contribution. Les officiers de la douane seront pour leur part équipés de bateaux intercepteurs et scanners à rayons X tandis que le personnel de National Coast Guard, de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU), de la douane et du Fisheries Protection Service travailleront en synergie pour lutter contre le trafic de drogue.

Ally Lazer, président de l’Association des Travailleurs Sociaux de Maurice, dans une déclaration à la presse a fait ressortir que dans le combat contre le trafic de la drogue, il y’a 2 aspects à prendre en considération : la réduction de l’offre et la réduction de la demande. Il se félicite que l’Adsu sera dotée des 2 drones avec caméra à vision nocturne pour combattre les trafiquants.

Cependant, il se désole qu’aucun renforcement des capacités opérationnelles de l’Adsu n’a été annoncé. « Quand on connaît les moyens dont disposent les trafiquants, on aurait dû augmenter les effectifs de l’Adsu sur le terrain et la doter de nouveaux véhicules. Rien n’a été dit également sur le traitement, la prévention et la réinsertion. Je pense aussi qu’il fallait attendre les conclusions du rapport de la commission sur la drogue pour fermer la NATReSA», laisse entendre le travailleur social. Ally Lazer fait ressortir aussi qu’alors que le ministre Anil Gayan a fait dissoudre la NATReSA, dans le budget rien n’est annoncé pour l’ouverture d’autres agences de traitement.

Petites et moyennes entreprises: Suspension des « Trade Fees »

Le ministre des Finances souhaite l’avènement des entrepreneurs modernes. Pour cela les « Trade and Licence Fees » de moins de Rs 5000 ne seront pas réclamées durant les trois prochaines années sauf pour celles qui opèrent dans les jeux du hasard et la vente de boissons alcoolisées. Au moins 17 000 PME sont concernées.

Puis le congé fiscal de huit ans sur les revenus d’une entreprise sera étendu à de nouvelles firmes créées et enregistrées auprès de la Small and Medium Entreprise Development Authority (SMEDA). Les entreprises existantes avec un chiffre d’affaires de moins de Rs 10 millions bénéficieront d’un congé fiscal de 4 ans sur leurs revenus.

Désormais un National SME Incubator Scheme de Rs 50 millions sera mis sur pied ainsi que la création de deux SME Industrial Parks à Plaine Magnien et Vuillemin. La zone industrielle de la Development Bank of Mauritius(DBM) sera convertie en un SME Park moderne et intégré. On pourra aussi compter sur la mise en place d’un système de fast-track pour les micros entreprises. Ce qui génèrera la création de 7000 emplois dans le court terme. Le Leasing Equipment Modernisation Scheme (LEMS) sera réactivé. Le NRF Equity Fund et le SME Partnership Fund seront fusionnés.

Enfin, le taux d’intérêt sous le SME Financing Scheme sera ramené de 7,6 % à 6 % et une ligne de crédit de Rs 100 millions sera disponible et pourra être utilisée en faveur des PME.

Amar Deerpalsing, (Président des PME): « L’implémentation doit être rapide »

« Les mesures annoncées sont bonnes même s’il y a des manquements. Mais on ne peut pas se plaindre car beaucoup de problèmes auxquels font face les PME ont trouvé des solutions » a déclaré Amar Deerpalsing. Le Président des Associations des PME souligne que très souvent des mesures sont annoncées mais tardent à être mises en place. « Souvent après de bons discours il n’y a pas de suivi. La question sera à quelle vitesse ces mesures vont être implémentées. Je souhaite qu’elles soient mises en place dans les plus brefs délais », dit-il.. Il conclut en déclarant que ces mesures seront bénéfiques aux PME. Elles vont créer la confiance et des emplois.

Saheed Thupsee (Ex-cadre de la SMEDA): « Le taux d’intérêt aurait dû être de 3 % »

Saheed Thupsee est satisfait de l’ensemble des mesures annoncées pour les PME. Toutefois, il note cer­tains manquements. « Le taux d’intérêt du SME Financing Scheme aurait du être ramené à 3 ou 4 % afin de donner plus de facilités aux PME. Nous devri­ons prendre exemple sur des pays comme la Malaisie ou l’Inde qui pra­tiquent un taux beaucoup plus bas. Le volet marketing et la visibilité des micros entreprises n’ont pas été men­tionnés. Il faudrait une place ciblée où les touristes puissent s’y rendre, où les PME exposent leurs produits ; par exemple dans la Smart City. La visibil­ité des foires à l’échelle internationale a été oubliée», dit-il.. Saheed Thupsee se félicite qu’un National SME Incuba­tor Scheme sera mis en place et que le Leasing Equipment Modernisation Scheme sera réactivé « Je suis content qu’enfin le ministre de Finances l’a an­noncé dans son budget. Il sera un bon moyen pour développer les PME. La fusion NRF Equity Fund et le SME Part­nership Fund évitera le gaspillage. La création d’un « Industrial Park » sera une bonne solution pour résoudre le manque de places », dit-il encore.

Consumer Advocacy Platform : Un budget en faveur des consommateurs

La Consumer Advocacy Platform (CAP) accueille le budget 2016-2017 avec satisfaction. En dépit de l’absence d’un engagement ferme en faveur du renforcement du cadre légal de la protection des consommateurs, certaines mesures, en particulier celles visant les familles à faibles revenus, devrai­ent alléger le fardeau de nombreux ménages et contribuer à l’amélioration du pouvoir d’achat en général.

Les consommateurs retiendront surtout la baisse du prix de la bonbonne de gaz de Rs 330 à Rs 270, une mesure qui soulagera certainement de nom­breux ménages. Pour avoir témoigné de nombreux cas de personnes n’arrivant à s’acheter du gaz, la CAP apprécie cette initiative. Il va de soi que ce produit bénéficiera de plus de subsides, puisées des poches des contribuables. L’exemption de la TVA sur les céréales était tant attendue, ay­ant été l’objet d’annonces lors de précédents ex­ercices budgétaires. De plus, l’exemption de la taxe sur quelque 300 produits devrait donner un élan à la consommation. Il faut néanmoins savoir qu’une telle exemption ne fait que suivre les re­commandations de l’Organisation Mondiale du Commerce(OMC) en faveur de la réduction des barrières tarifaires. De plus il faut attendre pour voir la liste des produits pour être sûr qu’elle ne compte pas ceux considérés comme insignifiants.

La CAP estime que la proposition d’accorder une allocation de subsistance allant jusqu’à Rs 9520 à des familles pauvres, est une initiative louable. Tout en contribuant à épauler ces familles, elle leur permettra d’améliorer leurs conditions de vie.

Par ailleurs, la CAP exprime sa satisfaction sur l’imposition d’une redevance (levy) sur les pes­ticides, les herbicides et autres produits qui sont censés catalyser le mûrissement. Il était temps que le gouvernement prenne une action ferme en vue de contrer les abus des planteurs à l’utilisation de ces produits toxiques et potentiellement can­cérigènes. Enfin, la CAP estime que l’imposition d’une redevance (levy) de 25% sur le sucre n’aura pas l’effet escompté. En sus de restreindre la con­currence, elle entrainera une hausse inévitable du prix du sucre et d’autres produits de consomma­tion. Il est reconnu dans de nombreux pays, que la taxe sur les boissons sucrées n’a pas beaucoup d’effet sur la consommation du sucre.

Hyder Ryman : « C’est un budget courageux »

Le ministre des Finances, Pravind Jugnauth, dans son grand oral a annoncé le projet de métro-express .Des développements importants tant au niveau des infrastructures sont attendus alors que nouvelles stations seront aménagées. La gare Victoria sera modernisée et 1000 marchands ambulants y seront logés. Le président de la Street Vendors Association, Hyder Ryman, s’est montré élogieux envers le ministre des Finances pour ses décisions courageuses qui donneront un nouvel espoir aux marchands ambulants. « C’est un budget courageux qui vient d’un homme qui a une grande vision pour son pays », dit-il. Néanmoins, Hyder Ryman reste prudent en ce qui concerne la réalisation des mesures et des projets annoncés. « Il faut donner le temps au temps », dit-il. Au niveau du secteur informel, Hyder Ryman félicite le ministre des Finances qui donne à l’entreprenariat un nouvel élan en ce qui concerne l’encadrement, et la formation. « La communauté des marchands ambulants, après 30 ans sur le trottoir dans la capitale, accueille favorablement le projet métro express. À la gare Victoria un millier de marchands ambulants trouveront une échoppe», souligne-t-il.

Éducation- Le budget connaît une hausse de 11 %

Selon le Grand Argentier le budget alloué à l’éducation cette année connaîtra une hausse de 11 % et passe à Rs 16.1 milliards. Des recrutements massifs auront lieu, soit 340 « Trainee Educators » pour le développement holistique, 75 « Support Teachers » pour les cours de rattrapage au primaire et 600 enseignants pour le primaire et secondaire.Une somme de Rs 2 milliards sera allouée pour la « Nine Year Continuous Basic Education » sur 5 ans et 3 établissements polytechniques ouvriront leurs portes. L’Université de Maurice connaîtra aussi des nouveautés. Désormais il sera possible d’obtenir un diplôme en musique et une « Faculty of Digital Technology and ICT Engineering » sera créée. Enfin des matières comme « communication skills » et « creativity and innovation » pour les grades 7 à 9 seront introduites alors que les élèves de « Grades » 1 et 2 recevront des tablettes tactiles.

Faizal Jeeroburkhan, pédagogue: « Une étude nécessaire avant l’augmentation du budget »

Le facteur humain est important pour que les mesures mentionnées puissent se réaliser. « D’accord pour les recrutements mais il faudra des professeurs bien formés », dit-il. Le pédagogue salue les initiatives prises en faveur de l’université de Maurice. Toutefois certaines mesures sont jugées inutiles comme des tablettes pour les élèves de grade 1 et 2. « Le budget a été augmenté de 11% mais sans une étude du système actuel. Je pense qu’il y a beaucoup de gaspillage actuellement. Des changements sont-ils à prévoir ? Je ne suis pas trop convaincu » dit-il. Selon lui, le système actuel ne répond pas aux besoins de l’éducation sur le plan économique, social et environnemental. « C’est une perte de temps et d’argent. Le programme d’études est dépassé et doit être complètement revu. C’est pour cela qu’il y autant de problèmes pour chercher un emploi pour des jeunes. Notre système d’éducation ne fonctionne pas comme il faut. La culture du travail est dépassée ». Il conclut en soulignant qu’il faudrait plus de psychologues dans les écoles vu les fléaux tels que la drogue.

Paul Bérenger : « Les Rs 13 milliards de l’Inde ont sauvé ce budget »

Paul Bérenger, leader du MMM, est catégorique : c’est la subvention de Rs 13 milliards accordée par l’Inde pour les projets Heritage City et Metro Express qui a sauvé le budget présenté par Pravind Jugnauth. Néanmoins, même s’il pense aussi que le budget n’est pas un « exercice de relance » pour créer des emplois, le leader mauve a concédé, lors de la conférence de presse de son parti hier matin, que le budget 2016 – 17 contient certaines mesures « intéressantes ».

Selon Paul Bérenger, les mesures « intéressantes » ont trait à la lutte contre la pauvreté. Il estime aussi que ce budget n’est pas un exercice de rupture comme l’avait annoncé Pravind Jugnauth.

Pour Paul Bérenger, l’Inde « a sauvé ce budget », en accordant une subvention de Rs 13 milliards. Cet argent permettra la mise en chantier de deux importants projets, en l’occurrence Heritage City et le projet de ‘Metro express’. Toutefois, il faudra savoir la vitesse de déboursement de ces fonds, de faire aussi ressortir Paul Bérenger.

Paul Bérenger a salué la baisse du prix de la bonbonne de gaz ménager tout en indiquant que cette mesure aurait du être prise depuis un certain temps. « Il n’y a aucun mot sur les grands projets qu’avait annoncés Vishnu Lutchmeenaraidoo », fait ressortir Paul Bérenger. Au sujet d’une allocation mensuelle à ceux au plus bas de l’échelle, le leader du MMM devait souligner qu’il s’agit d’une bonne décision, mais qui demeure floue dans sa mise en pratique.

Sur le plan macro-économique, ce dernier devait déplorer qu’il n’y ait aucun mot dans le budget sur le déficit de la balance du compte courant. Selon lui, le taux de croissance de 4,1% avancé par le Grand Argentier n’est « pas réalisable ». « Le ministre des Finances sous-estime le niveau de la dette publique », lance aussi Paul Bérenger. Il devait aussi estimer que le niveau d’investissement du secteur privé a connu une chute « dramatique ».

« Développements politiques majeurs à prévoir »

Le leader du MMM estime que des « développements politiques majeurs » sont à prévoir après les débats budgétaires. Ce dernier devait évoquer des « tiraillements » au sein du gouvernement. Le leader du MMM s’en est, dans la foulée, particulièrement pris au PMSD, égratignant Alain Wong ou encore Thierry Henry. « Ce que le PMSD a fait avec le Morne est un sacrilège » de poursuivre Paul Bérenger. Quid d’un éventuel rapprochement avec le MSM ? À une question de la presse, Paul Bérenger devait dire que « quoi qu’il arrive nous ne voulons avoir rien à faire avec Navin Ramgoolam ». Quant à SAJ, « il faut l’oublier aussi ». S’agissant de Pravind Jugnauth, Paul Bérenger devait rappeler la décision du DPP de faire appel dans l’affaire Medpoint, ce qui constitue une « épée de Damoclès sur sa tête ». «La question d’un rapprochement, donc, ne se pose pas ».

Mouvement Patriotique – Alan Ganoo relève quatre manquement

« Un bon budget mais à court terme ». C’est ce qu’a déclaré le président du Mouvement Patriotique (MP), qui commentait l’exercice budgétaire, lors d’une conférence de presse à Quatre- Bornes ce samedi. Il estime que le ministre des Finances a réussi son coup dans une certaine mesure.

« Pravind Jugnauth a annoncé une série de mesures populaires. La plus populaire est la baisse du prix du gaz ménager. Donc, je dirai qu’il a réussi son coup. Mais, il n’a pas réussi à atteindre l’objectif de la relance économique, pour stimuler la croissance et promouvoir l’investissement. Est-ce que les secteurs de l’agriculture, de la manufacture et les PMEs pourront créer des emplois productifs ? Nous pensons que non. Il y a eu beaucoup d’annonces mais aucune stratégie à long terme », affirme Alan Ganoo.

Par ailleurs, Alan Ganoo estime que le ministre des Finances n’est pas revenu sur les annonces du dernier budget, notamment les Rs 10 milliards étalés sur cinq ans pour les PMEs.Enfin, en ce qui concerne la fusion de certains corps paraétatiques, il avance que l’intention est bonne mais qu’il faut se concentrer sur l’implémentation. « Qui seront les nominés ? Y-aura-t-il des licenciements ? Combien de temps prendra le gouvernement pour la réalisation des fusions », se demande-t-il.

Manquements

Alan Ganoo relève également quatre manquements dans le Budget 2016 / 2017. D’abord, il estime que le Budget devait faire provision d’une pension pour les veuves et mères de famille qui font bouillir seules la marmite. Alan Ganoo affirme que Pravind Jugnauth aurait dû augmenter la « carer’s allowance » vu la population vieillissante. Il aurait dû, selon Alan Ganoo, prévoir aussi la démolition et la reconstruction des maisons avec présence d’amiante, qui représente un danger pour la santé des vieilles personnes. Enfin, il préconise une législation pour la foodwaste reduction.

Dangers

« Le budget permet aux étrangers ‘d’acheter des propriétés à Maurice. C’est positif car cela permettra de créer un dynamisme dans l’économie. Mais il ya aussi des risques pour les générations à venir, en termes d’acquisition de biens », explique Alan Ganoo.

Quant au projet des panneaux photovoltaïques, Alan Ganoo indique qu’il faut avoir un contrôle sur les bénéficiaires. « Il faut que ce soient les petites boîtes qui en profitent », dit-il.

 

Khalil Elahee (chargé de cours à l’UOM): « Passons à un autre paradigme dans le secteur énergétique »

Khalil Elahee, expert en matière énergétique et chargé de cours à l’Université de Maurice, considère que les différentes mesures pour le secteur énergétique semblent faire appel à un pressant besoin de réinventer le CEB. « Par exemple, le CEB est déjà dans une position de juge et partie mais nous voyons qu’il sera appelé à lancer une ‘Renewable Energy Company’. Il s’occupe toujours de la génération, mais devra investir presque Rs 1 milliard dans la transmission et la distribution » explique-t-il. II affirme qu’il y a lieu de segmenter ces fonctions pour une meilleure gestion du secteur. L’efficacité énergétique, dit-il, a un rôle crucial à jouer que ce soit pour la relance du secteur manufacturier ou les 10 000 maisons à faibles revenus qui seront dotées de panneaux PV. Ainsi, il suggère de ‘empower’ l’Energy Efficiency Management Office(EEMO). Il se pose également ces questions : « Est-ce-que le CEB fera aussi du ‘demand-side management’ et encouragera des économies d’énergie ? Devra-t-il aussi fournir du courant au métro léger, aux smart-cities ou sinon permettre, par exemple, à l’Heritage City de produire sa propre électricité ? Il y a lieu de clarifier les rôles. »

L’énergie, fait-il ressortir, n’est plus seulement un intrant ou un service, mais un moyen de transformer une économie. « Au Portugal ou encore en Grande Bretagne, actuellement il y a des jours où tout la production de l’électricité provient des renouvelables ou ne nécessite pas du charbon. Il y a des compagnies qui offrent de l’électricité gratuitement pendant le week-end grâce aux smart-meters. Nous devons passer à un autre paradigme dans le secteur énergétique, surtout face au changement climatique qui n’est presque pas évoqué dans le Budget », dit-il encore.

Haniff Peerun, le Président du Mauritius Labour Congress (MLC): Le MLC accueille favorablement le budget

Haniff Peerun, le Président du Mauritius Labour Congress (MLC) félicite le ministre des Finances pour le budget 2016-2017 lors d’une conférence de presse tenue samedi matin. Il souhaite que le gouvernement vienne de l’avant avec d’autres mesures phares. Pour lui, le budget a ses points forts et ses points faibles mais dans l’ensemble, il l’accueille favorablement.

Les points forts avancés sont :

  • un budget orienté vers la promotion d’entreprise
  • une pensée spéciale aux PME et petits planteurs
  • gros investissements dans les projets infrastructurels tel que les Smart Cities
  • des idées innovatrices pour le développement du pays
  • la promotion de Maurice comme société numérique
  • suppression de la TVA sur plusieurs produits
  • subvention des frais d’examens pour les étudiants qui refont le SC/HSC
  • augmentation du budget de l’éducation et de la santé

Haniff Peerun a aussi fait ressortir que le budget est décevant pour certaines catégories de personnes. Il avance que le gouvernement pouvait faire mieux pour les personnes au bas de l’échelle sociale et de la classe moyenne. « La population attendait mieux. Aucune mesure n’a été prise pour combattre les inégalités et la corruption. L’intention du gouvernement pour combattre la pauvreté est bonne mais la mise en pratique n’est pas assurée. Le gouvernement n’est pas clair sur la pension universelle, » avance-t-il. Il s’attend que le gouvernement vienne de l’avant avec d’autres mesures populaires.

Réformes des institutions – Fusions et restructurationsdes compagnies de l’État

Le gouvernement s’engage dans la réforme des institutions en fusionnant plusieurs entités et corps parapublics. Le Grand Argentier a annoncé entre autres la fusion de la Small and Medium Enterprises Development Authority (SMEDA), Enterprise Mauritius et le National Women Entrepreneur Council (NWEC) pour plus de cohérence, d’efficience et d’efficacité, la fusion du Central Informatics Bureau, de la Central Information Systems Division et l’IT Security Unit, la fusion de l’Information & Communication Technologies Authority (ICTA) et l’Independent Broadcasting Authority (IBA), la fusion de la Mauritius Housing Company (MHC) et de la National Housing Development Company (NHDC).

La State Property Development Company, Business Parks of Mauritius Ltd, le village touristique de Belle-Mare, Le Val Development Ltd et le Centre de conférences Swami Vivekananda seront regroupés sous une seule institution. Le Registrar General deviendra un département de la Mauritius Revenue Authority (MRA), qui récoltera les contributions du National Pension Fund, du National Savings Fund, du HRDC Training Levy et du Workfare Programme Fund. La State Investment Corporation (SIC) sera restructurée et devra vendre ses investissements arrivés à maturité et réinvestir les revenus obtenus dans de nouveaux projets.

La National Development Unit(NDU) et les 35 Citizens Advice Bureau (CAB) seront réorganisés. La Mauritius Broadcasting Corporation, la Mauritius Post, la National Transport Corporation, Rose-Belle Sugar Estate et la Mauritius Meat Authority (MMA) ainsi que d’autres institutions parapubliques qui roulent à perte, devront remettre leur plan de redressement au ministère des Finances d’ici fin octobre.

Autres annonces : la National Transport Authority, la Road Development Authority et la Traffic Management and Road Safety Unit seront restructurées. Les ministères pourront solliciter les services de consultants et d’entrepreneurs sans passer par le Central Procurement Board pour des projets de moins de Rs 25 M. La Public Procurement Act sera amendée pour permettre des négociations directes entres les organismes parapublics.

Par ailleurs, le département de l’Aviation civile sera transformé en Civil Aviation Authority pour un meilleur service. Les Welfare Funds seront regroupés sous un seul toit et chacun bénéficiera des mêmes facilités. Le Town and Country Planning Board deviendra une National Planning Commission(NPC) avec des fonctions élargies. Le Public Sector Efficiency Bureau sera revu, puis placé sous l’égide du ministère des Finances. Enfin, les départements de l’allocation de terres de l’Etat et le renouvellement de baux vont opérer sous le ministère du Logement et des Terres.

Kris Poonoosamy, ancien haut fonctionnaire : « Traduire les reformes dans la réalité »

L’ancien haut fonctionnaire, Kris Poo­noosamy trouve que la réforme des insti­tutions est une bonne mesure envisagée par le ministre des Finances. « Depuis assez longtemps, on avait besoin d’une réforme dans la fonction publique. Il faut maintenant pouvoir la traduire dans la réalité. Nous avons créé telle­ment d’institutions et finalement, elles se ressemblent toutes à 90%. Donc, les mesures annoncées permettront à éliminer le double emploi dans les in­stitutions », explique notre interlocuteur. Kris Poonoosamy avance par ailleurs qu’il faut aussi établir un ob­jectif, celui de fusionner les institutions pour qu’elles fonctionnent de manière efficace.

Vente de voitures

La Mauritius Vehicles Dealers Association (MVDA) accueille très favorablement les baisses de taxes pour booster les achats de voitures écologiques et économiques, telles que :

  1. Le 100% duty free sur les véhicules élec­triques et la révision à la baisse du registration duty sur ces mêmes véhicules,
  2. La réduction de 30% des frais de douane sur les véhicules hybrides, ce qui reviendra aussi à encourager des voitures plus propres et économes sur notre marché
  3. La baisse de frais de douane sur les petites cylindrées de moins de 1600cc pour palier la perte du “CO 2 rebate”

« La MVDA constate avec grand plaisir que désormais, et pour la première fois, un véhi­cule vendu à Maurice sera taxé à 0 %. C’est un premier pas vers une détaxe future sur d’autres voitures, pour toutes les familles mauriciennes », précise Vivian Serret, le Prési­dent de l’association.

Pour sa part, Zaid Ameer, porte-parole de la Dealers in imported vehicles association (DIVA), déclare que son équipe travaille sur les chiffres et souhaite savoir comment les mesures annoncées seront implémentées. « Le plus important c’est l’implémentation et les réalisations. Un budget est jugé sur ses réalisations. Je note des bonnes intentions dans le budget tout comme dans le budget précédent », explique-t-il.

Les prix de vente de voitures connaîtront des ajustements avec la décision du ministre des Finances de suspendre la mise en application du CO2, la baisse de l’Excise Duty de 55% à 50% sur les voitures entre 1 001 cm3 ,la ré­duction du duty sur les voitures Hybrides de 55% à 25% pour les voitures de moins de 1 600 cm3 ,l’élimination du duty sur les voitures électriques et la baisse de 5% de l’Ajustement Factor utilisé à la douane pour évaluer les voi­tures de seconde main à l’importation.

 

 

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

hadjees

Accueil chaleureux pour les hadjees

Le premier gros contingent des hadjees mauriciens est arrivé jeudi après-midi par le vol d’Emirates …