mardi , 21 mai 2019
Accueil / People / Bibi Nooreenah Zeibah Hosenally : la footballeuse au hijab
Bibi Nooreenah Zeibah Hosenally

Bibi Nooreenah Zeibah Hosenally : la footballeuse au hijab

Chaussures de foot aux pieds et hijab sur la tête, l’auditrice comptable Nooreenah Zeibah Hosenally, court sans complexe en jouant au futsal. Rencontre.

Nooreenah, 21 ans, a commencé à jouer au futsal, il y a deux ans, lorsqu’elle faisait ses études à l’université de Maurice. Actuellement, elle défend les couleurs de l’équipe féminine du Dagotière Swansea Sports Club (DSSC). Déployée en défense au sein de l’UoM comme au DSSC, elle a participé, il y a peu, au tournoi de football aux universiades 2018. L’équipe féminine a pris la troisième place alors que l’UoM a été le grand vainqueur lors de ces jeux. « La passion et l’amour pour le football viennent de mon père qui jouait au football dans sa jeunesse. Je regardais les matchs de  football avec lui depuis que j’avais 4 ans. C’est comme cela que je me suis amourachée du foot», dit-elle.

Elle explique que tous les éléments masculins de la famille sont des footballeurs, y compris ses oncles, ses cousins et son frère. « Certains de mes proches sont même des professionnels. Nous avons l’habitude de regarder les matchs de football ensemble. Il ne fait aucun doute que ma passion pour le football vient d’eux », laisse entendre cette grande supportrice de Manchester United.  Elle avoue avoir beaucoup apprécié  Ronaldinho, Ryan Giggs, Scholes, Wayne Rooney, entre autres.

Selon la jeune footballeuse, le soutien des parents est très important. « Heureusement, mes parents me soutiennent pour le foot ainsi que pour mes autres choix  dans ma vie. Je leur suis infiniment reconnaissante », dit-elle.

Le foot et le port du hijaab

Pour Nooreenah, jouer au football c’est perpétuer une tradition familiale même si elle porte un foulard. Pour elle, le hijaab ne lui pose aucun problème car elle reste libre dans ses mouvements. « En ce qui concerne la chaleur en jouant avec le hijaab, ce n’est pas difficile. Je suis à l’aise en jouant. Je ne me sens aucunement gênée», lance-t-elle.

D’ailleurs, notre interlocutrice reconnaît qu’il existe des obstacles culturels qui empêchent les filles de jouer au football qui est considéré comme un jeu pour les garçons. Pour elle, les barrières à l’entrée des femmes sur le marché du travail existent encore quoi qu’on en dise. « En jouant au football, je n’essaie pas de briser les stéréotypes basés sur le genre et les barrières culturelles. Je joue au football parce que c’est ma passion et c’est ce que j’aime faire. Je ne veux pas essayer de faire quoi que ce soit contre les stéréotypes », ajoute-t-elle.

Nooreenah indique aussi qu’il existe des endroits où les femmes musulmanes participent professionnellement à des ligues de futsal ou à d’autres grandes compétitions de football, portant leur hijaab. Ces dames sont certainement une source d’inspiration pour les autres, estime-t-elle.

Parcours professionnel

Après avoir terminé ses études à l’université de Maurice, elle a rejoint KPMG en juillet 2018. Cette ancienne élève de la Sodnac SSS a suivi des cours en langue ourdoue avant de se lancer dans la filière comptabilité-finance. Titulaire d’une licence en Accounting Minor Finance, Nooreenah poursuit également des cours d’ACCA Niveau 3 du London College of Accountancy.

Commentaires

A propos de Nafissah Fakun

Ceci peut vous intéresser

Aafreen Haajrah Ahseek

Compétition de peinture du NHF : Aafreen Haajrah Ahseek remporte le premier prix

À 14 ans, Aafreen Haajrah Ahseek fait déjà la fierté de ses parents et de …