jeudi , 22 août 2019
Accueil / Actualités / Aux sept cascades : Suhayl Korimbocus fait une chute mortelle
Suhayl Korimbocus

Aux sept cascades : Suhayl Korimbocus fait une chute mortelle

À Quinze Cantons, Vacoas, le temps s’est arrêté. La famille Korimbocus est en deuil depuis vendredi soir. Suhayl Korimbocus, un fils exemplaire de 17 ans, a quitté brusquement ce monde pour l’au-delà.

La famille est inconsolable et pleure la disparition de Suhayl. « Li tré dur pour ene papa kit so jeune garson dan qabarastan kan garson la ki sipose kit mwa laba avan », nous dit tout ému, son père, Salim Korimbocus.

Pour Salim, chauffeur de chariot élévateur (forklift), Suhayl était un fils sur lequel il pouvait toujours compter. « Je me souviens que récemment il a repeint ma chambre. Il était toujours présent pour aider la famille », soutient Salim, les larmes aux yeux. D’ailleurs, c’est pour lui plaire que son père avait recommencé à jouer au football. Dans son entourage, on décrit Suhayl comme un garçon pieux qui ne ratait jamais ses namaaz. Un voisin nous confie que Suhayl a été en retraite spirituelle (ittekaaf) pendant huit années consécutives. Aussi, c’était lui qui dirigeait les namaaz durant  l’absence de l’Imam. Il était Hafiz de 7 sipaarah et essayait de mémoriser d’autres siparah. Suhayl était en Lower VI au collège Doha. Outre la spiritualité, Suhail s’adonnait pleinement aux sports, à savoir la natation et  les arts martiaux.

Le jour du drame

Le vendredi 30 novembre après le salaat-ul-Jummah, Suhayl Korimbocus était parti faire une randonnée aux Sept Cascades.  D’autres amis avaient refusé de l’accompagner car le temps  était pluvieux ces derniers jours. Seulement deux de ses amis, Shafick et Faiz, l’ont accompagné. Une fois sur place, ils rangèrent leurs vélos près d’un arbre et commencèrent alors leur aventure. Les deux amis marchaient devant et Suhayl les suivait. Soudain, ils entendirent le bruit d’une chute. Suhayl avait perdu l’équilibre et était tombé d’une hauteur de 40 mètres sur le sol.

Des touristes qui étaient présents sur le lieu du drame ont essayé d’aider Suhayl à respirer.  Mais peine perdue; après quelques instants, il a poussé son dernier soupir. Avec l’aide des pompiers, le corps a été remonté et transporté à l’hôpital A.G. Jeetoo, à Port-Louis. Son père était au travail quand il a appris son décès. Après l’interrogatoire de ses deux amis au poste de police de Vacoas, le cadavre de Suhayl a été remis à la famille.

Adil Jankee: « Suhayl ne refusait jamais le travail »

Adil JankeeAdil Jankee, le cousin de Suhayl, est dévasté. Pour lui, Suhayl était plus qu’un frère. Comme président du club de jeunesse, il comptait beaucoup sur Suhayl pour lui prêter main forte dans l’’organisation des activités. « Dimanche, je l’ai rencontré pour la dernière fois. On discutait sur les activités de cette semaine et étrangement il s’est abstenu de toute responsabilité pour la première fois », raconte-t-il. Suhayl ne voulait même pas préparer le thé ce jour-là selon lui. « C’est maintenant que je remémore que Suhayl nous  envoyait inconsciemment des signes de son départ », dit-il ému. C’était leur dernière rencontre. Pour l’instant Adil a remis à plus tard les activités de cette semaine car tous les jeunes de l’équipe sont moralement abattus. Pour Adil et tous les amis, cela va être une grande perte pour l’équipe car Suhayl ne refusait jamais d’assumer des responsabilités.

Le message de Salim aux enfants qui partent à l’aventure: « C’est bien de faire des randonnées avec les amis mais il faut prendre toutes vos précautions. Si vos parents ou d’autres personnes vous empêchent de partir, il vaut mieux s’abstenir. En cas de drame, c’est la famille qui souffre », dit-il. Enfin, il demande aux Mauriciens de prier pour Suhayl. Qu’Allah lui accorde le Jannat-ul-Firdaus.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

Eid en Afrique

Eid en Afrique : Voyage entre traditions et coutumes

Nous vous emmenons à travers ce reportage sur le continent africain afin de découvrir comment …