vendredi , 26 mai 2017
Accueil / Interview / Ashok Subron : « Il y a un hijacking de la démocratie »
subron

Ashok Subron : « Il y a un hijacking de la démocratie »

Plus que jamais, Ashok Subron se désespère des partis politiques traditionnels qu’il estine sont tous pouvoiristes et responsables de graves problèmes dans la société mauricienne. Selon lui, le pays est devenu une ploutocratie.

  • Avec une opposition renforcée et un nouveau parti lancé par Roshi Bhadain, est-ce que l’horizon de Resistans ek Alternativ est-il en train de se boucher?

– Pas du tout. Nous témoignons actuellement un émiettement des partis politiques traditionnels, notamment ceux qui se trouvent au sein du gouvernement et ceux qui sont dans l’Opposition. Nous venons d’assister, au cours des deux derniers mois, à un énième remue-ménage entre ces partis traditionnels. Ce sont des partis pouvoiristes, qui pratiquent une politique économique et sociale responsable des graves problèmes de la société mauricienne. Du coup, l’espace politique qui se développe de plus en plus contre ces partis traditionnels est appelée à grandir. Au sujet de Roshi Bhadain, il critique le « deal papa-piti » alors qu’il a été sous les ailes de « papa-piti » pour son démarrage politique. Il était très à l’aise quand il semblait être le deuxième « piti ». C’est maintenant que nous allons savoir ce que vaut vraiment Roshi Bhadain. Ça aurait été plus crédible si Roshi Bhadain avait démissionné de l’Assemblée nationale.

  • Quel regard jetez-vous sur la marche pacifique organisée par les partis de l’Opposition ?

– Resistans ek Alternativ est le premier parti politique à avoir refusé de participer à cette marche pacifique. Les jeunes membres de Resistans ek Alternativ et le parti dans son ensemble ont pris une décision et nous l’avons annoncée mercredi. Le leader de L’Opposition et du PMSD, Xavier Luc Duval, nous avait contactés et nous lui avons fait part de notre décision. Deuxièmement, parmi les quatre leaders des partis de l’Opposition, nous ne serons pas étonnés si l’un d’eux se retrouve en alliance avec ce même « papa-piti ». Les valeurs et les bons principes de notre parti ne nous ont pas permis de participer à la marche. Nous travaillons sérieusement sur une plainte constitutionnelle, à être logée incessamment. Par ailleurs, samedi les jeunes de Resistans ek Alternativ organisent une activité de protestation, à leur manière.

  • Pensez-vous que le MMM et le MP ont fauté en ne participant pas à la manifestation ?

– Le MMM et le MP sont deux partis qui n’ont pas de principes alors je ne pense qu’ils vont se permettre de fauter. Ils ne savent plus quoi faire eux-mêmes. L’Opposition s’est brisée avant même la manifestation. Le MMM s’est cassé après les élections générales tandis que le MP est allé de son côté. Ensuite, il y a eu des défections au sein du MP également. Après le départ du PMSD du gouvernement, le MP a indiqué qu’il était prêt à se joindre au gouvernement. Alors ont-ils fauté ou pas ? C’est à eux de répondre à cette question.

  • Pourquoi Resistans ek alternativ a-t-il logé un procès en Cour contre la passation de pouvoir entre sir Anerood et Pravind Jugnauth?

– Parce que nous estimons qu’il y a eu violation des dispositions constitutionnelles, notamment de la Section 1, qui fait mention que Maurice est un État souverain démocratique. Il y a eu violation de la Section 59 (3) et de la Section 63, qui fait mention du poste vacant du Premier ministre. Si nous acceptons la logique des Jugnauth, il y peut y avoir toutes sortes de deal entre les membres du parti de la majorité au cours d’un mandat. Un Premier ministre peut être victime de chantage ou il peut être pris en otage. Donc, nous estimons qu’un raisonnement juridique est primordial à ce sujet. Ce procès sera important également dans notre combat en faveur d’une révision des lois de la Constitution. Par exemple, nous pensons que le Premier ministre doit être désigné par l’Assemblée nationale.

  • Ne pensez-vous pas qu’à Maurice, les politiciens ne font que de la politique politicaille en délaissant l’intérêt de la population ?

– Tout à fait. C’est ce que font les partis politiques traditionnels en ce moment. Certains peuvent ne pas vouloir le faire ainsi mais quand ils s’allient à ces partis traditionnels, ils leur emboîtent le pas. Les partis politiques organisent le clientélisme politique et électoral, obtiennent le pouvoir et travaillent au service d’un système de plus en plus pourri et contrôlé par différents lobbies économiques. Ces partis politiques galvanisent le soutien de la population avec tous les moyens corrompus pour rester au service des clans économiques locaux et internationaux. Nous témoignons un pourrissement avancé à Maurice comme sur le plan international. Il y a un hijacking de la démocratie. Le pays est devenu une ploutocratie.

Commentaires

A propos de Nasreen Mungroo-Keramuth

Ceci peut vous intéresser

120517-siddiqui

Maulana Muhammad Owais Siddiqui : «L’islam ne cautionne pas la terreur»

Le maulana Muhammad Shah Owais Siddiqui en est  à sa troisième visite à Maurice. Dans …