vendredi , 20 octobre 2017
Accueil / Actualités / Anas Shufoodin, Rotarien : «Je rêve d’apporter des changements positifs»
La famille du Rotaract de Port-Louis
La famille du Rotaract de Port-Louis

Anas Shufoodin, Rotarien : «Je rêve d’apporter des changements positifs»

Anas Shufoodin a été récemment élu président du Rotaract de Port-Louis pour cette année. Ce jeune homme dynamique voudrait servir le pays. Il a en tête des projets qui pourraient apporter des changements positifs.  Rencontre.

Il a été aussi primé « Best Rotaractor » pour son travail au sein du club. Diplômé en biotechnologie agricole de l’Université de Maurice, Anas  travaille actuellement dans un organisme parapublic attaché au ministère de l’Agriculture. Pour lui, c’est un honneur  d’être le président d’un club aussi prestigieux et renommé. Il a rejoint ce club trois ans de cela pour servir la société dans une organisation structurée où des décisions rationnelles sont prises et qui auront un impact à long terme.

Pour lui, le Rotaract Club de Port Louis est une combinaison parfaite au service des autres d’abord, de l’amitié et de la socialisation. Ainsi a débuté, une nouvelle aventure sociale pour le jeune Anas.

« Nous devenons membres d’un club Rotaract pour servir la communauté et promouvoir la socialisation.  Nous sommes appelés à prendre diverses responsabilités à mesure que nous progressons dans le hiérarchie de l’organisation. Je n’ai jamais voulu être président un jour, mais j’ai accepté les responsabilités, » dit-il.

Au cours de sa carrière au sein du club, il a eu le privilège d’assister à des conférences de Rotary Youth Leadership Awards (RYLA) à Maurice, à la Réunion et à Madagascar. Il a aussi eu l’opportunité de développer ses compétences et partager ses expériences aux Rotariens  de différentes cultures.

« Au cours de mon séjour à Madagascar, nous avons contribué à la rénovation d’une école primaire, à la construction d’étagères pour de livres pour une bibliothèque. J’ai aussi participé à un marché aux puces afin de collecter des fonds pour nos projets communautaires, dont des ventes d’articles à des prix abordables un jour avant la fête des mères. Nous avions fait une bonne vente, » ajoute-t-il.

Ses aspirations

310717_anas1Le jeune président adore voir un sourire sur le visage de chaque être humain que ce soit sur son lieu de travail ou au sein du club. « J’aime bien voir la joie et ressentir le bien-être des personnes après que nos projets ont abouti. Le sentiment d’accomplissement est la motivation qu’il me faut. Je suis heureux de travailler avec  plusieurs types de personnes, » confie-t-il.

Toutefois, Anas éprouve des difficultés à jongler entre vie familiale, responsabilités professionnelles et activités sociales. Pendant ces trois dernières années, il a appris énormément mais il doit certainement trouver le juste équilibre. Il a eu le soutien de ses proches afin de pouvoir donner son temps au travail social. Il remercie sa famille, ses amis, la famille du Rotaract Club de Port-Louis pour leur soutien.

Il estime qu’il a commencé son parcours tout petit mais a grandi tout au long du chemin qu’il a parcouru. « Un autre défi a relever a  été celui de gérer mes émotions. C’est là que l’intelligence émotionnelle entre en jeu. En tant que président, ou même jeune professionnel, je crois que le contrôle de nos émotions est un excellent outil pour pouvoir tirer profit de cette charge de travail, » estime-t-il.

En 2012 il a été récompensé pour sa présence. En 2015, il a eu un prix comme « Best prospective member ». En 2016, il a été primé comme « Best Rotaractor »

Projets

Anas a plusieurs projets en tête. Au niveau social, il compte collecter des fonds pour la commémoration du 20e anniversaire du Rotaract Club de Port-Louis en mai 2018. En outre, son rêve personnel est de conscientiser le gens  en vue des changements positifs dans le monde. Il ajoute que si tout le monde se lance dans cette direction, la paix régnera sur la Terre et  nous vivrons en harmonie. Enfin, il encourage les jeunes à participer à des  activités parascolaires, faire du sport, rejoindre un club afin de garder leur esprit occupé pour éviter d’être des victimes des fléaux de la société comme la drogue et l’alcoolisme.

Commentaires

A propos de Nafissah Fakun

Ceci peut vous intéresser

Jeunes Étudiants Musulmans

Jeunes Étudiants Musulmans – Azhar Burthun : «Les enfants sont une lueur d’espoir pour les parents pauvres»

En 2013, des jeunes étudiants musulmans (JEM) de l’université Maurice se sont réunis pour une …