jeudi , 22 août 2019
Accueil / Société / Aicha, mariée à 14 ans et veuve à 16 ans
Aicha

Aicha, mariée à 14 ans et veuve à 16 ans

Victime d’un mariage forcé sous la pression familiale à l’âge de 14 ans, Aicha est devenue mère à 15 ans et veuve à 16 ans. 40 ans après, elle revient sur son douloureux passé.

Aujourd’hui âgée de  54 ans, Aicha est devenue grand-mère. Parfois elle préfère ne pas regarder en arrière pour ne pas réveiller les mauvais souvenirs. Elle tient cependant à nous raconter son histoire pour mettre en garde les jeunes filles mineures contre les grossesses précoces.

Enfance malheureuse

Aicha est née en octobre 1964. Ses parents se sont séparés lorsqu’elle n’avait que 4 ans et sa mère a refait sa vie en devenant la seconde épouse d’un homme qui faisait la va-et-vient à la maison. Aicha n’a aucun souvenir de son père biologique qui n’est jamais revenu la voir ainsi que sa sœur cadette. Elle nous dit d’une voix brisée par l’émotion qu’elle n’a jamais connu l’amour paternel. Faute de moyens financiers, elle a été déscolarisée en Standard V. À 11 ans, elle aidait sa mère qui travaillait comme bonne à tout faire. « Je n’ai jamais connu une enfance heureuse » nous dit-elle.

Nouvelle vie familiale

Aujourd’hui comme hier, les jeunes filles de 14 ans rêvent d’une vie idyllique aux côtés d’un prince charmant. Aicha avait elle aussi  de grands projets d’avenir. Puis tout d’un coup sa vie a basculé.  « Mes proches  voulaient me marier car il y avait un beau-père à la maison. Ils m’ont dit que j’étais devenue une jeune fille et que je devais me marier et partir. Zot dire to pe grandi astere. Ena beau-père dans la cage attention li fer l’esprit lors toi », raconte-t-elle.

Aicha nous dit qu’en entendant le mot ‘mariage’, elle a pris peur et a refusé. Mais devant l’intransigeance de ses proches, elle n’avait d’autre choix que d’obtempérer. « Mo pas ti meme koné ki appel content et ki veut dire ene mariage », ajoute-t-elle.

Un mariage forcé

Il semble que pour se débarrasser d’elle, l’âge et le choix de la jeune Aicha n’avait pas été pris  en ligne de compte. « J’ai ainsi été mariée de force à 14 ans à un mécanicien qui avait 27 ans. Je l’ai vu pour la première fois le jour où il est venu chez moi avec ses proches pour le nikah.  Puis, il m’a emmenée vivre chez lui et ses proches à Plaine-Verte », nous dit encore Aicha. Pour son plus grand malheur, son époux était alcoolique. « Mo pas ti comprend narien dans mariage et mo ti pe sauvé pou alle cachiette kan mo missié rentre dans la case. Mo ti pe crié ploré et même mo banne beaux-parents ti pe criye avec moi et ti pé menace pu batte moi », nous confie Aicha.

Veuve à 16 ans

Malgré son mariage, Aisha a emboîté le pas à sa mère et travaillait comme bonne. Bientôt elle est tombée enceinte et par la suite a donné naissance à une fille alors qu’elle n’avait que 15 ans. Elle reconnaît cependant que la naissance de sa fille lui a mis du baume au cœur et elle a regardé l’avenir avec plus de confiance.  « Ma fille a comblé un grand vide dans ma vie », fait-elle ressortir.
Malheureusement, cet espoir s’est vite envolé.  À l’âge de 16 ans en effet, elle perd son époux qui a succombé à un ulcère. Après le décès de celui-ci, elle s’est retrouvée seule avec un bébé d’un an sur le bras car ses beaux-parents l’avaient abandonnée.

Heureusement pour Aicha, elle a pu retourner vivre chez sa mère. Depuis l’âge de 16 ans jusqu’à ce jour, elle travaille dans une usine. « J’ai grandi ma fille car elle était tout ce qui comptait pour moi dans ma vie. Je l’ai envoyée à l’école pour qu’elle ait une bonne éducation.  Elle s’est mariée à l’âge de 24 ans par  choix et aujourd’hui elle a un enfant », dit-elle.

Aicha dit avoir eu plusieurs demandes en mariage mais qu’elle les avait toutes refusées car elle ne voulait pas que sa fille ait un beau-père. Son seul regret, c’est de n’avoir pas connu le bonheur dans sa vie conjugale. « Mo consey  banne jeunes filles pas faire sa erreur alle marié jeunes ou alle content garçons après tombe enceinte.  Suive conseil zot parents. Alle marié ou gagne bébé trop jeunes capave faire zot vine vieux avant zot l’heure » ,  conclut Aicha.

Commentaires

A propos de Reshad Toorab

Ceci peut vous intéresser

Nusrath Doomun

Appel à la générosité pour Nusrath Doomun

Nusrath Doomun, enseignante, doit se faire opérer en Inde pour retrouver sa mobilité. Commentaires