dimanche , 21 janvier 2018
Accueil / Rencontre / Actif dans le domaine du social et sportif – Feizal Nahaboo : de Phoenix à Saskatoon au Canada
Feizal Nahaboo

Actif dans le domaine du social et sportif – Feizal Nahaboo : de Phoenix à Saskatoon au Canada

Feizal Nahaboo, figure très connue dans le domaine du social et sportif  à Phœnix, s’est fait un nom au sein de la colonie musulmane mauricienne qui a émigré à Saskatoon dans la province de Saskatchewan au Canada. Feizal Nahaboo, qui exerce comme entrepreneur en bâtiment, a lui émigré au Canada en 2013 avec sa famille.

Feizal était très actif sur le plan social et dès son arrivée au Canada, il n’a pas tardé à partager ses connaissances avec ses compatriotes pour les  aider à intégrer la société de Saskatoon qui compte 10,000 musulmans. Fezal Nahaboo a débuté avec l’ouverture d’un dojo, le Saskatoon Kyokushin Karate. Les jeunes garçons et filles se sont vite adaptés à cette discipline sportive pour mieux se connaître et partager leur expérience.

À Saskatoon, nous explique Feizal, trois mosquées fonctionnent sans aucun problème. 25 familles musulmanes mauriciennes ont émigré dans la province de Saskatchewan,  une région où le mercure descend souvent sous zéro. La majorité des Mauriciens y travaillent comme «field workers». Un dentiste et un médecin mauriciens s’y sont également établis. À Saskatoon, les musulmans vivent leur foi aussi bien qu’à l’île Maurice et sans aucune contrainte. «Nous vivons en harmonie avec la population de Saskatoon et nous avons toutes les libertés pour pratiquer notre religion», indique notre compatriote.

Le ramadan à Saskatoon

Les musulmans se regroupent à travers leurs musjids où 60 nationalités différentes se côtoient chaque jour. Chaque samedi après le namaz Fajr, à tour de rôle, des fidèles, originaires d’un pays différent, préparent le petit déjeuner pour leurs coreligionnaires. C’est ainsi qu’ils ont découvert le gâteaux piments mauriciens et autres beignets de piment (bhaja piment).

Le mois de ramadan est différent de celui auquel les Mauriciens sont habitués. Chaque jour pour rompre le jeûne, chaque fidèle reçoit une bouteille d’eau et trois dattes. Après le namaz Maghrib, tous les jeûneurs sont invités à diner dans une salle séparée pour hommes et dames. Chaque jeûneur apporte sa contribution selon ses moyens et chaque jour le menu est différent. Le  jour de l’Eid-ul-Fitr, une grande fête est prévue après le namaz pour déguster un succulent briani. Notre compatriote Feizal Nahaboo est au four et au moulin pour veiller à ce que tout se déroule dans la discipline. Il nous raconte que même les non musulmans sont invités à prendre ce repas dans un esprit de partage.

Tous les courants de pensée tolérés

« À Saskatoon, nous explique Feizal Nahaboo, tous les courants de pensée cohabitent. Il n’y a jamais eu de problème entre musulmans ». Souvent les mussalis sont encouragés à invités un non musulman à la mosquée pour assister à la prière et écouter le sermon de  l’imam Ilyas, un ressortissant indien qui parle couramment l’ourdou et l’anglais et qui depuis 1982 est affecté à l’Islamic Association  of Saskatchewan Saskatoon. Fait particulier : au Canada, la prière du vendredi est accomplie à des heures différentes afin de permettre à tout le monde d’accomplir le namaz Jummah. Feizal Nahaboo a gardé cette habitude d’aider ceux qui sont dans le besoin. Ainsi, il organise très souvent des activités pour venir en aide aux démunis de Saskatoon. «Nous voulons montrer le vrai visage de l’islam et faire comprendre aux Canadiens que l’islam est une religion de paix et de tolérance », dit-il.

Pour l’Eid-ul-Adha, tout comme à Maurice, les musulmans accomplissent les rites du Qurbani chez eux. La viande est distribuée aux Mauriciens et une bonne partie aux trois mosquées de Saskatoon. Feizal Nahaboo est d’avis que les Mauriciens se sont bien intégrés dans la société canadienne et sont bien vus par les Canadiens. Dans les écoles coraniques qui ont ouvert leurs portes, se fait l’enseignement du Coran  et de sa mémorisation et de la langue arabe.   Faizal est marié à Shirin qui lui a donné deux fils : Zakariya est ‘dojo operator’ tandis que Suleiman fait des études en art et architecture.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Sanawaz Mosaheb

Sanawaz Mosaheb : une success-story à l’américaine

L’homme d’affaires Sanawaz Mosaheb, l’un des premiers à avoir lancé les produits de beauté haut …