jeudi , 22 février 2018
Accueil / Actualités / Accident de la route : Raeef Auckburally, 27 ans, meurt à 5 mois de son mariage
Auckburally

Accident de la route : Raeef Auckburally, 27 ans, meurt à 5 mois de son mariage

C’est un père visiblement très accablé qui nous accueille chez lui à Vacoas pour nous parler de son fils, Raeef Auckburally,  27 ans, mort dans un accident de voiture survenu dans la nuit du 4 janvier 2018 à Ébène. Raeef a succombé à une fracture du crâne après être resté trois jours dans le coma.

Chez les Auckburally, le temps est suspendu. Fouad, le père de la victime, en nous serrant la main, laisse éclater son chagrin.

« Trop vite mo garçon fine quitte moi », ne cesse-t-il de répéter en essuyant ses larmes. Dans le salon, un silence religieux rend pesante l’atmosphère. Noorjahan, la mère de Raeef, la tête baissée, prend une grande bouffée d’air avant de nous parler. «Mo pe passe par banne moments difficile. Mo le cœur pe saigner kan mo penser ki mo pas pou rétrouve Raeef encore », dit-elle.

Nous tentons de la consoler par quelques mots de réconfort, mais sa douleur est trop forte. Fouad nous raconte que son fils aîné et lui étaient très proches et qu’il était comme son ami. Entre père et fils, il n’y avait ni secret ni barrière. D’ailleurs, ses deux autres fils et sa fille vivent en parfaite harmonie avec lui et son épouse. Les souvenirs de son fils ne cessent de défiler dans la tête de Noorjahan. Elle le voit et le revoit chaque après-midi à son retour du travail lui demandant avec un sourire taquin ce qu’elle avait préparé pour le dîner.

Signes prémonitoires

Raeef AuckburallyLa grand-mère de Raeef, présente lors de notre visite, est elle aussi terriblement abattue. «Mo pas ti crié li par son nom, mo ti appelle li Betol dépi li petit et li crié moi dadi», laisse-t-elle entendre entre deux sanglots.  La veille de sa mort, Raeef avait dîné chez elle et avait fait la vaisselle avec l’aide de sa fiancée.

Selon ses proches, les signes prémonitoires de la mort de Raeef étaient nombreux.  Souvent il se rendait à la mer avec son père pour une partie de pêche. Il était jovial et parlait sans arrêt. Maintenant, qu’il n’est plus, Fouad se souvient qu’à leur dernière partie de pêche il y a quelques semaines, il était moins bavard, voire, distant.

Il y a aussi ce mauvais rêve qu’il avait fait et qu’il avait raconté avant d’aller travailler, il y a une semaine.  « Nous pou passe par banne moment difficiles », avait-il confié à sa mère. D’autres souvenirs assaillent sa fiancée, Amira, qu’il devait épouser au mois de juin après le ramadan. La grand-mère voulait leur offrir un vêtement dans un magasin, mais Raeef n’était pas intéressé et lui avait demandé: « Eski nous pou réussi marié ?». Toutes ces paroles résonnent dans la tête de ceux qui les ont entendues et rendent leur chagrin vivace et profond.

Selon Fouad, son fils était un garçon exemplaire. Il était très discipliné et respectait ses aînés. Il ne manquait jamais l’occasion de rendre service à quiconque le sollicitait pour une aide.

Le  jour de l’accident, il est parti chez sa fiancée à Pailles dans l’après-midi et devait rentrer dans la soirée. Vers 22h30, il pleuvait à grosses gouttes et son père voulait lui téléphoner pour lui demander où il se trouvait. Son épouse lui a dit d’attendre encore un peu car il avait l’habitude de rentrer après 22h30. « Mo disang pe averti moi ki mo garçon en danger, mais mo pas fine téléphone li pou alle cherche li », nous dit Fouad.

Vers 00h20, il appelle Raeef sur son téléphone portable. Le téléphone sonne mais personne ne répond.

Vers le 01h20, un policier appelle pour dire à Fouad de prendre les vêtements de son fils et de venir à l’hôpital Victoria pendant que l’ambulance du SAMU le transporterait à l’hôpital. Noorjahan et Fouad ont senti la terre se dérober sous leurs pieds.

Trois jours dans le coma

Raeef est resté trois jours dans le coma et a subi une opération chirurgicale. «Pendant sa 3 jours-là nous pas fine ni manger ni boire ni dormi. Nous fine conne banne moments les plus douloureux de nous la vie », nous dit Noorjahan.

Après trois jours, Raeef a quitté ce  monde sur la pointe des pieds, laissant dans la douleur ses proches qu’il aimait ainsi que sa fiancée, Amira,  qu’il chérissait beaucoup.

« Trop jeune pour mourir, trop tôt pour partir, mais c’est Allah qui décide de la mort », nous dit un de ses amis.  Fouad reprend courage et tente de réconforter son épouse par des mots gentils. Mais trop attachée à son fils, elle demeure inconsolable. D’ailleurs, elle a tenu à nous montrer un album photos de Raeef alors qu’il était enfant.
Fouad remercie tous ceux qui ont soutenu la famille durant cette épreuve, en particulier le ministre Nando Bodha, le député Dan Baboo, tous les employés de Phoenix Beverages où Raeef était employé comme superviseur chez Coca Cola, les Dr Gauzee et Babajee, le personnel de l’ICU de l’hôpital Victoria qui a tout tenté pour sauver la vie de son fils et tous les proches à  Maurice et à l’étranger qui partagent le chagrin de la famille. Noorjahan demande à tous les frères et sœurs de penser à son fils dans leurs supplications: «Demande Allah duah pou mo Raeef». « Rien ne sera comme avant », dit cette mère écrasée par la souffrance. En ce qui concerne l’accident, l’enquête de la police suit son cours pour connaître les raisons du dérapage de la voiture.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Azam Rujubali

Azam Rujubali: aucune compensation suite à son délogement

Azam Rujubali et ses proches qui ont été contraints d’évacuer leur domicile se trouvant sur …