dimanche , 19 novembre 2017
Accueil / Société / Abandonnée par sa mère à l’âge de 3 ans : Internée au RYC, Husna souhaite faire le Ramadan librement
Husna

Abandonnée par sa mère à l’âge de 3 ans : Internée au RYC, Husna souhaite faire le Ramadan librement

L’histoire de Husna R…, 17 ans, internée au Rehabilitation Youth Centre (Filles) à Beau Bassin est bouleversante. Sa tutrice, Ayesha Joomun, fait le récit.

Husna n’avait que 3 ans quand elle  a été abandonnée par sa mère qui l’a laissée entre les mains de son époux et sa grand-mère. Husna a grandi dans un environnement hostile.

Son père décédé, elle est pris en charge par la Child Development Unit car sa grand-mère n’avait aucune autorité sur elle. Husna est placée dans un shelter à Forest Side. Entourée d’autres enfants abandonnées, abusées sexuellement ou battues, Husna ne comprend rien de son nouveau monde. Elle réside dans ce shelter jusqu’à l’âge de 12 ans. Elle est coupée de la réalité de la vie et ne pratique pas sa religion. À l’âge de 13 ans elle est placée dans un «home». Husna ressent une révolte l’envahir et refuse de se considérer comme une enfant abandonnée. Elle aurait voulu vivre comme toutes les filles de son âge et aller à l’école comme une adolescente et vivre comme une musulmane.  Au mois de décembre 2015, elle obtient un «Leave of absence» pour aller vivre chez une dame jusqu’en 2016.

Au mois de novembre 2016, sa tutrice Ayesha qui a pris sa responsabilité la fait placer dans un orphelinat musulman. Mais pour diverses raisons, Husna est accusée de violence envers des enfants. Ce qu’elle dément catégoriquement. La direction la renvoie au RYC . Il faut souligner que Husna vivait à l’orphelinat à l’âge de 9 ans. Ayesha, sa tutrice, explique que sa protégée est une fille sensible et qu’elle demande à être comprise. À l’approche du ramadan, elle voudrait se retrouver dans un autre lieu et faire ses 5 prières quotidiennes. Husna est consciente qu’elle est une forte tête, mais avec l’âge, elle a évolué positivement et demande une chance pour retourner à l’orphelinat. En 2018 elle aura 18 ans et sortira du RYC. Qui voudra d’elle? « Husna a souffert dans son enfance. Elle n’a jamais retrouvé sa maman. D’ailleurs, à 17 ans elle éprouve le besoin de connaître ses origines », nous dit Ayesha.

Ayesha, rend souvent visite à Husna et prépare sa sortie. Mais où ira-t-elle? Ayesha explique qu’importe l’amour donné par les parents adoptifs, cela ne suffit pas pour panser des plaies béantes que celles causées par l’abandon, la vie dans un  orphelinat, le déracinement. L’abandon marque à vie. On fait tout pour se faire accepter, on ne supporte pas d’être rejeté.

Husna souhaite avoir une deuxième chance pour retourner vivre à l’orphelinat. Elle pense même écrire à la présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, pour intervenir en faveur de sa réintégration.

Par ailleurs, Ayesha nous explique que plus d’une trentaine d’enfants musulmans de 11  à 17 ans vivent dans des shelters et ne connaissent rien de la religion. Ce sont des enfants battus, abusés sexuellement et victimes de maltraitance. Ces enfants n’ont aucun repère et aucun guide. Ils adoptent des attitudes anti-islamiques. Rejetés par leurs familles, ils sont sous la responsabilité de l’État. Pourquoi ne pas les placer dans des institutions islamiques où sont enseignés le Quraan et les valeurs islamiques ? Il est à regretter  qu’à Maurice il n’existe aucun shelter islamique.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Moudaccir

Appel de l’aide : Moudaccir était tombé d’un échafaudage

Assumer le rôle de chef de famille est sans doute une grande responsabilité. Muhammad Moudaccir …