vendredi , 17 novembre 2017
Accueil / Actualités / À la veille de l’eid-ul-adha : la famille Rujubali expulsée de chez elle
Rujubali

À la veille de l’eid-ul-adha : la famille Rujubali expulsée de chez elle

Azam Rujubali  a-t-il trop élevé la voix pour protester contre le tracé actuel du Metro Express à La Butte qui passe sur le terrain où il habite ?

Quoi qu’il en soit, pour avoir ignoré les appels à l’évacuation du lieu que lui ont adressés les autorités concernées, vendredi, à la veille de la fête Eid-ul-Adha alors que sa famille et lui se préparaient à effectuer le « Qurbani », ils ont été expulsés de chez eux par la police.

« Depuis vendredi matin tout ce que j’ai demandé à la police c’est de ne rien faire et de me donner le temps d’emballer mes effets personnels et aussi de me laisser célébrer ma fête religieuse ici pour la dernière fois. Au lieu de cela, ils m’ont coupé l’électricité, ont détruit ma maison, malmené mes enfants », déclare Azam. Il dit ne pas comprendre comment ce gouvernement peut être aussi inhumain.  « C’est ça ki appelle ene gouvernement qui  en faveur droit et égalité et ki envie éradique la pauvreté ? », se demande-t-il.

En ce vendredi 1er septembre 2017, ceux qui se rendaient à Port Louis le matin ont trouvé étrange que la rue Mgr Leen et une partie de la rue Labourdonnais aient été fermées à la circulation. On s’est alors rendu compte que c’était en raison d’une forte mobilisation en ces lieux de la force policière, de la SMF et d’éléments de la SSU placés sous la supervision du Divisional Commander, l’ACP Gassen. Des officiers du ministère des Infrastructures publiques se trouvaient eux-aussi à la rue Mgr Leen en face de la maison d’Azam Rujubali  pour exécuter rapidement un ordre d’éviction.

Deux filles malmenées

Celui-ci a demandé au responsable de la police d’attendre vu qu’il avait logé une injonction en cour pour obtenir une injonction contre la démolition de la maison. Plusieurs hommes politiques, dont Navin Ramgoolam, Arvind Boolell, Mamade Khodabuccus, Salim Abass Mamode et Shakeel Mohamed s’étaient massés devant la demeure des Rujubali pour les soutenir. Alors que Shakeel Mohamed a accompagné Azam Rujubali en cour suprême pour obtenir l’injonction, l’épouse de celui-ci est tombée malade et a du être transportée à l’hôpital Jeetoo par le Samu où elle a reçu des soins.

Entretemps, le CEB a déconnecté  la fourniture d’électricité de la demeure des Rujubali et la police a commencé à embarquer les effets de la famille Rujubali  dans un camion. De son côté, la SMF s’est servie d’un bulldozer et a détruit le mur d’enceinte et a même utilisé un grinder pour couper son portail.

Alors qu’Azam a téléphoné de la cour suprême à ses proches pour leur dire qu’il avait obtenu une injonction contre la démolition de sa maison et a demandé à la police de cesser toute activité de démolition, un responsable de la police sur le lieu a déclaré n’avoir reçu aucun contre-ordre et a ordonné à ses hommes de continuer à démolir. Ce qui a provoqué la colère des habitants présents qui sont venus faire une chaîne humaine pour empêcher à la police de passer. C’est ainsi que les filles d’Azam Rujubali  ont été traînées par terre par les policiers. Elles s’étaient assises devant leur maison afin d’empêcher le bulldozer de démolir la clôture de leur domicile.

Les deux jeunes filles lançaient des cris de détresse alors qu’elles étaient déplacées de force par les policiers. Un autre proche qui voulait s’interposer a lui été malmené par un autre policier.

Pour sa part, l’avocat et député Shakeel Mohamed a eu une prise de bec avec l’ACP Gassen. Il voulait à tout prix entrer dans la maison d’Azam Rujubali  mais Shakeel Mohamed lui en a interdit l’accès. « Ou pas gagne droit rentre dans la cage ene dimoune li enkor so la cage, au moins ena respect pour sa famille-là. La veille so fête zot peu agir kume sa ! Mais au moins ena respect pou la cour suprême et li pe alle met so injonction », lui a lancé le député travailliste.

Selon lui, cette tragédie humaine a eu lieu parce que  les chefs de police ont reçu des instructions pour démolir la maison d’une famille innocente. « Nous fine dire la police agir en indépendant et comme ene protecteur de banne droit citoyen même de banne gouvernement dominer »,a -il ajouté.

Injonction en cour Suprême lundi

Shakeel Mohamed se dit satisfait d’avoir à Maurice une institution aussi solide que le judiciaire. Il a indiqué que la cour a émis un ordre intérimaire pour empêcher à la police de démolir la maison de la famille Rujubali. Celle-ci devra se présenter en cour suprême le lundi 4 septembre 2017 à 13h30. Il  souhaite que cette famille ait gain de cause lundi. « Ce que je déplore c’est que malgré un ordre de la cour, la police a continué l’exercice de démolition sous prétexte qu’un huissier devait  venir servir cet ordre au commissaire de police en mains propres. Mo content ki sa banne famille la capave passe zot weekend en paix et mo fer  ene appel et mo compte lors soutien  tous citoyens. Nous agir ensemble  etnous capave amene ene changement profond », a dit encore le député rouge.

Pour rappel, le jeudi 19 août 2017, les officiers du ministère du Logement et des Terres accompagnés de la police sont venus servir à Azam Rujubali un ‘’Eviction Order’’ sur lequel est écrit «  Notice to Squatter issued under section 22 of the State Land Act ». Il lui est demandé ainsi qu’à sa famille,  d’évacuer le lieu en moins d’une semaine.

Commentaires

A propos de star

Ceci peut vous intéresser

cyclone

Météo – Summer Outlook : entre six et huit cyclones attendus

Le Summer Outlook de la station météorologique a été présenté lors d’une conférence de presse …