mercredi , 13 décembre 2017
Accueil / Actualités / À Vallée-Pitot : une famille pauvre retrouve le sourire pour fêter Eid
270617_apsanah

À Vallée-Pitot : une famille pauvre retrouve le sourire pour fêter Eid

Grâce au soutien des musulmans, Apsanah et sa famille pourront fêter Eid dans la dignité. En effet, des bénévoles  leur ont donné des vêtements et des denrées alimentaires pour cette occasion.
Nassib Ayoob, son épouse Apsanah et leurs trois enfants habitent la rue Chalet à Vallée Pitot. Il nous raconte que sa famille n’était pas dans une situation difficile auparavant. « J’étais un menuisier très débrouillard à l’époque.. Mais, malheureusement quand je suis tombé malade, je suis devenu tres fragile et mon corps me donnait souvent la sensation de brûlure, » confie Nassib Ayoob, Maintenant quand il entreprend des travaux à la maison, il ne peut plus tenir sur ses jambes pendant longtemps. Ainsi, il ne peut pas terminer les travaux qu’on lui a confiés. Il se sent désespéré même s’il veut à tout prix essayer de faire un effort.

« Mon mari travaillait bien à l’époque. Nous avions une vie heureuse jusqu’au jour où il est tombé malade pour la première fois, » raconte Apsanah Ayoob, avec une voix empreinte d’émotion. Elle ajoute que son époux souffrait de diabète. Il était souvent admis à l’hôpital pour cause  d’extrême faiblesse et de douleurs atroces à son pied.

La vie n’est pas facile pour ce couple qui a trois enfants – Wazeer l’aîné, 8 ans, Fabeer, le cadet, 7 ans et Farhaan, le benjamin, 5 ans. Ils fréquentent l’école Surtee Sunnee et prennent des leçons particulières gratuitement chez SOS Poverty.

Nassib reçoit Rs 943 comme aide sociale. Sa femme Apsanah gagne seulement Rs 3500 mensuellement en faisant des travaux ménagers. « Souvent, quand des personnes me sollicitent pour nettoyer leurs cours ou laver la vaisselle, j’accepte volontiers pour gagner un peu plus d’argent pour ma famille. Je suis la seule à apporter de l’argent dans la maison, depuis 4 ans. La vie est devenue dure,» dit-elle.

Des fois elle est sent ses responsabilités peser lourdement sur elle. Mais elle reprend courage en voyant les visages de son mari et ses enfants. Elle continue à faire de son mieux pour trouver un jour une lueur au bout du tunnel.

« Je ne peux retenir mes larmes quand des fois en retournant de l’école, mes fils me demandent des gâteaux qu’ils aiment. Je leur dis qu’on les achètera plus tard. Mais cela n’arrive jamais. Les voisins envoient des gâteaux pour eux car ils connaissent notre situation. Des fois quand l’argent est épuisé, j’achète des « rotis » à crédit pour mes enfants, » raconte-t-elle.

Inkerman Youth Club, Naw-n-Sha et SOS Poverty les aident dans leurs moments difficiles. « Quand je frappe à leurs portes, ils ne refusent jamais de m’aider. Je leur suis très reconnaissante, » dit Apsanah.  Toutefois, cette mère courage veut assurer à ses enfants un meilleur avenir.

Commentaires

A propos de Ahmad Fakuddeen Jilani

Ceci peut vous intéresser

négligence médicale alléguée

Négligence médicale alléguée : Farha perd ses jumelles après 8 mois de grossesse

À l’hôpital Dr Jeetoo où on lui a affirmé le mardi 30 novembre que ses …