lundi , 1 mai 2017
Accueil / Actualités / À Camp de Masque Pavé : Le corps de Karrim Hossany, mort dans les années 30, encore intact
hosany

À Camp de Masque Pavé : Le corps de Karrim Hossany, mort dans les années 30, encore intact

Jamais évènement n’a suscité autant d’intérêt que celui de la découverte d’un corps encore intact après plus de 80 ans. En effet, un groupe de personnes du village de Camp de Masque Pavé a fait une découverte extraordinaire le jeudi 12 janvier 2017 dans un petit cimetière situé en haut de la montagne Ameerun.

Ils avaient pour tâche de fouiller une tombe de plus de 80 ans qui renfermait la dépouille d’un dénommé Karrim Hossany connu comme Karrim Mastan, mort dans les années 30, pour y enterrer une autre personne décédée le 12 janvier. Cependant, en enlevant le monticule de terre, ils s’aperçoivent que les planches sont encore en bon état. Ils ne savent pas encore que sous celles-ci, le corps de Karrim Mastan est encore intact. Quand ils enlèvent la première planche ils constatent que le linceul (drap mortuaire) est blanc sans aucune trace de terre.

Poussant leur curiosité à l’extrême ils enlèvent une deuxième planche. « Nous trouve la toile blanc ti ouvert lors so la tête et so cheveux ti pe dépassé en dehors», nous dit un témoin. Choqués par cette découverte ils sont décontenancés et ne savent pas comment procéder. Ils prennent la décision de stopper l’excavation de la tombe et demander conseil aux religieux.

Pendant ce temps, l’un des fossoyeurs de circonstance présent lors des fouilles glisse sa main à l’intérieur du linceul pour toucher le corps. « So forme le corps ti pareil couma dire fek enterré », laisse-t-il entendre. Alors qu’ils attendaient une réponse d’un homme religieux, un autre, au nom de Sadek Nazrally, présent au moment de la fouille, demande qu’on referme la tombe. La décision est prise de fouiller un autre fossé pour mettre en terre Zaida Dewanath, décédée dans l’après-midi.

Un proche parent de Karrim Mastan, Dawood Dewanuth, lui aussi présent, nous raconte qu’il a été choqué quand on lui a demandé de voir les cheveux en dehors du drap. « Mo fine choqué. Mo la tête fatigué. Zamais mo pas fine trouve ene zaffaire coumsa. Le soir mo pas gagne sommeil mo reste pense sa grand dimoune-là », dit-il. « Mo ti appranne ki li ti pe faire miracle et li ti construire musjid », ajoute-t-il. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre à travers le village et à l’heure du mayyat après le namaz Assar, une petite foule a tenu à accompagner le cercueil de Zaida Dewanath au cimetière pour chercher confirmation. Plusieurs personnes présentes ont fait une prière sur place avant de descendre au village pour annoncer la nouvelle.

Les volontaires de Camp de Masque Pavé

À chaque mise en terre d’un habitant du village, un groupe de personnes de la famille du défunt est présent pour fouiller la tombe. Ce jour-là, vers 17h00 , une équipe composée de Reaz Lungut, Imteaz Lungut, Reza, Shameer Lalloo, Showkut Khodabaccus, Zaoudeen Ginowry et Fezal Madhoo était présente au cimetière Ameerun pour la fouille. Tour à tour les volontaires ont enlevé le terre qui était dure. Après une demi-heure d’efforts soutenus, ils aperçoivent les planches encore en bon état. “ Nous habitué fouille kabar et nous conné ki planche pourri. Mais dans sa kabar là so planche ti encore neuf et kan nous enlève premier et deuxième nous gagne frisson », nous raconte le principal témoin, Reaz Lungut Ils découvrent que le linceul est encore en parfait état et les cheveux blancs de Karrim Mastan en étaient sortis. Choqués, ils décident de ne pas l’ouvrir complètement. Ils font venir des personnes plus âgées dont Dawood Dewanath, Sadeck Nazrally et Belal pour leur montrer le corps encore intact. Ils décident alors de refermer la tombe et plante quelques plantes. Reaz Lungut confie qu’il n’a pas eu peur. « Mo croire ki Allah ki fine choisir nous groupe pou trouve sa miracle-là et ki so bénédiction pou rapporte nous »,conclut-il.

L’imam Taleb Hossany

L’ex-imam du musjid Abdul Qadir Jilany de la rue St George à Port-Louis, est le petit -fils de Karrim Hossany. Il raconte que son père lui a toujours dit de bonnes choses sur son grand-père. « Dada ti ene dimoune dans deen et li ti occupe musjid. Tout le temps dans Camp de Masque dimoune ti vinne guette li pou faire ene duah. Même membres le zot communauté ti accepter ki dada ti pe faire miracle », nous raconte-t-il. Karrim Mastan travaillait comme laboureur et en parallèle il savait manier le vacoa pour faire des tentes et des tapis de prière. L’imam Taleb ne veut pas se prononcer sur cette découverte. « Mo d’accord ki Allah ki choisir so banne dimoune ki li content pou reste à ses côtés. Dada ti toujours faire banne bonne action et li ti ene Ashique Rassool », se contente-t-il de nous dire. « C’est Allah qui veut que ce soit ainsi et personne n’a le droit de dire si Dada Karrim est un saint homme. Il faut attendre pour voir la manifestation de ses pouvoirs », nous a encore dit l’imam Taleb. « Une chose est sûre : le village de Camp de Masque Pavé sera prospère et les bénédictions y seront en abondance », a fait ressortir l’imam.

Appel à la clôture du cimetière

Les fidèles du village qui mettent en terre leurs parents décédés au cimetière Ameerun, demandent aux autorités de procéder à la clôture du cimetière. L’aide des personnes bien pensantes est egalement la bienvenue.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Ameenah-GF

Assenjee Gurib : « Je suis blessé par les critiques contre ma fille »

Il n’y a rien de plus réjouissant pour un père que de voir ses enfants …