lundi , 24 juillet 2017
Accueil / Société / À Bois Pignolet – Jaabir Hoosdally agressé à coups de sabre par erreur ?
jaabir

À Bois Pignolet – Jaabir Hoosdally agressé à coups de sabre par erreur ?

Jaabir Hoosdally, un habitant de Bois Pignolet, aurait pu bêtement perdre la vie suite à une agression barbare dont il a été victime devant la porte de sa maison tôt lundi matin. Admis à l’hôpital Sir Seewoosagur Ramgoolam, Jaabir Hoosdally se remet lentement et son état n’inspire pas d’inquiétude. Cependant, les médecins attendent encore quelques jours pour décider s’il sera nécessaire de lui faire subir une intervention chirurgicale..

Lundi matin vers 6h30 Jaabir était encore à la maison à se préparer pour aller travailler. Soudain il entend frapper à sa porte. Sans se rendre compte du danger qui le guette, il ouvre la porte et tombe nez-à-nez avec deux individus. Ils expliquent à Jaabir que leur motocyclette est tombée en panne et lui demandent s’il pourra leur procurer une pince et une tournevis. Jaabir part chercher des outils et en compagnie de sa fille de 4 ans, sort dans la rue pour aider les deux inconnus à réparer leur moto. Alors qu’il se penche pour regarder la roue arrière, il sent la présence d’une personne dans son dos. Il a tout juste le temps d’esquiver un coup de sabre à la tête mais reçoit quand même un violent coup sur l’avant-bras.

Jaabir n’a pas le temps de crier qu’il reçoit un deuxième coup sur le bras droit. Il tombe à terre et appelle à l’aide. Personne ne l’entend. L’autre agresseur muni d’un arme tranchante lui assène un grand coup au tibia. Jaabir hurle de douleur. Sa fille, traumatisée par les cris de son père et le sang qui dégouline de ses bras, pleure à chaudes larmes. Soudain, un voisin qui a entendu les cris, sort de sa maison. Les deux agresseurs abandonnent leur motocyclette et s’enfuient. Jaabir git dans une mare de sang et demande qu’il soit conduit à l’hôpital. Transporté d’urgence dans la voiture du voisin, il est dirigé aux soins intensifs. Il est ensuite conduit en salle d’opération pour être opéré de deux mains et du pied.

Erreur d’identité

Jaabir ne comprend pas les motifs de son agression. Il insiste qu’il n’a pas d’ennemi et n’a jamais eu de problème avec quiconque. Après ses heures de travail, il passe son temps avec sa famille et joue avec sa fille qui est la prunelle de ses yeux. Selon nos informations, ses agresseurs connaissent bien la région car ils ont mis leur motocyclette hors du champ de vision de la caméra de surveillance d’un voisin. Selon la police, Jaabir a pu être victime d’une erreur d’identité. Ses agresseurs l’ont pris pour une autre personne qui lui ressemble. Il n’y a pas trop longtemps un habitant de Plaine Verte avait eu une altercation avec son beau-père pour une question d’argent. Celui-ci ressemble à Jaabir comme deux gouttes d’eau.

Des habitants indignés

Chez les Hoosdally c’est la consternation. “Jaabir ti capave trouve la mort si voisin pas ti sorti”, nous dit-on. Ils ne comprennent pas comment ses agresseurs ont pu se tromper lourdement sur l’identité d’une personne. “Si ti éna ene poignard ti capave fini pique li dans le coeur. Ou bien si ti éna revolver ti pou fini touye li “, ajoute un autre de ses proches. Sur son lit d’hôpital Jaabir souffre de ses blessures. Mais le plus dur pour lui, c’est le film de l’agression qui défile sans cesse dans sa tête. Surtout les cris de sa fille qui voit son père se faire agresser et qui est en sang. “Je ne pardonnerai jamais à ces deux personnes. Surtout pour le traumatisme subi par ma petite fille. La police a le devoir de les retrouver pour les arrêter. Tant qu’ils seront en liberté, ma famille ne sera pas en sécurité », laisse-t-il entendre.

Les habitants sont révoltés contre l’insécurité dans la région de Bois Pignolet. Il ne se passe pas de jour sans qu’une personne ne soit agressée ou volée. Ils comptent interpeller le commissaire de police pour lui demander à prendre des mesures. Les proches de Jaabir demandent aussi aux enquêteurs de faire diligence pour retrouver les deux agresseurs avant qu’il ne soit trop tard. « Si pas gagne zotte nous-même nous pou rode zotte pou faire justice», nous souffle à l’oreille un proche de la famille visiblement hors de lui.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

Des mendiants à proximité de la Jummah Masjid...

La mendicité devant les mosquées

Il ne manque jamais de mendiants devant la Markazi Mosque de la rue SSR et …