mardi , 25 avril 2017
Accueil / Rencontre / À 100 ans, Jaleeka Oozeer accomplit toujours le namaz
dadi-jaleeka

À 100 ans, Jaleeka Oozeer accomplit toujours le namaz

Joyeuse et guillerette, Jaleeka Oozeer, née Tuffail, a soufflé ses cent bougies le 7 janvier 2017. Elle était entourée de ses enfants et d’une ribambelle de petits-enfants et d’arrière-petits-enfants.Dadi Jaleeka se porte comme un charme et nous a épatés par son extraordinaire capacité de mémorisation. Pour elle, les allers retours dans le passé se font sans effort.

Durant notre rencontre, il nous a paru évident qu’elle a conservé intacts des souvenirs jusque dans les moindres détails. Sa voix suave résonne quand elle récite un “duah” en l’honneur du prophète Muhammad (pssl). Dadi met un point d’honneur à lire des versets du coran par coeur et le zikr “Laa ilaaha illallahou muhamadur Rasooulullah”.

Sa bru, Shakeela, chez qui elle réside, nous raconte que Dadi Jaleeka accomplit le namaz assise et par signes de tête. D’une santé de fer, elle n’a besoin de personne pour l’assister quand elle marche dans la cour, excepté quand elle prend son bain. Dadi nous fait le récit de sa vie et évoque son mariage avec Twaheer Oozeer, conducteur d’autobus. Elle a passé son enfance à Villebague et après son mariage elle est venue habiter à Bon Accueil. Dadi Jaleeka avait une passion pour la couture et ses doigts de fée faisaient sa renommée dans la région.

Malgré ses engagements, elle a pris grand soin de ses 7 enfants, dont 5 garçons et 2 filles. Dadi Jaleeka a perdu son époux, âgé de 60 ans, en 1976. Elle a toujours été bien entourée par ses 7 enfants ses 17 petits-enfants, 27 arrière-petits-enfants et 7 arrière-arrière-petits-enfants. Elle ne souffre d’aucune maladie et est friande de légumes.

Elle reste proche du Créateur

Souvent elle demande à sa bru de lui préparer des vermicelles dont elle raffole. Dadi a eu le malheur de perdre deux de ses fils. Le 7 janvier 2016, jour de son 99 ème anniversaire elle a perdu son fils aîné. Pour son 100e anniversaire, un de ses fils qui réside en Angleterre avait fait le déplacement pour être à ses côtés.

Très pieuse, elle ne rate pas de lire des duah toute la journée. Elle aime invoquer la protection du Créateur et Lui demande de l’accompagner dans le droit chemin. “Mo supplié toi Allah garde moi bien et protège moi”, implore-t-elle toujours. En 1990 elle a eu le privilège d’accomplir le hajj. Elle a aussi voyagé en Europe pour visiter son fils et ses petits-enfants. Quand on lui demande ce qu’elle reste à accomplir dans la vie, elle sourit et nous dit : “ Mo pas gagne droit dire ou ki mo envie parski pas moi ki décidé ki mo envie. C’est Allah ki décidé”.

Shakeela, sa bru, nous dit que Dadi n’est pas une personne difficile et qu’elle aime la propreté. “Dadi content mette jolie robe, li lave so cheveux avec shampooing et li content mettre la poudre”, dit-elle en riant. Dadi Jaleeka n’aime pas regarder la télevision. Elle préfère s’asseoir sur le canapé dans le salon et parfois elle s’allonge sur son lit. C’est une couche-tard certes mais aussi une lève-tôt. Elle est debout avant même l’appel du muezzin. Pour faire plaisir au Créateur, elle prend son “Tasbih” et récite à haute voix le durood shareef.

Quand nous lui demandons si elle voudrait vivre encore quelques années, elle bouge la tête pour nous répondre que son destin est entre les mains du Créateur.

Commentaires

A propos de Rahim Murtuza

Ceci peut vous intéresser

chine

Nabeel Dookhun et Deeraj Mungun, étudiants en Chine : Leur acte humanitaire fait la une de la presse

Nabeel Dookhun et Deeraj Mungun, deux jeunes Mauriciens, étudiants au Nanjing Medical University ont fait …